fbpx
le-blogue-du-bonheur-sans-bs

Le blogue du Bonheur sans bullshit, juste un peu quétaine.

Salut à toi, qui s’est retrouvée sur mon blogue du bonheur sans BS, juste un peu quétaine! Si tu es là, c’est soit parce que 1- le bonheur, ça te parle, 2- t’as une amie ben quétaine qui t’a partagé mon site ou 3- t’as accidentellement cliqué sur mon lien, quand en fait, tu voulais cliquer sur celui du vidéo drôle en dessous. Peu importe, le fait est que maintenant, tu es là et tu lis cet article.

Donc, ma question pour toi aujourd’hui est : pour toi, c’est quoi le bonheur? Te considères-tu heureuse dans la vie de tous les jours? Et si oui, jusqu’à quel point? Sur une échelle de 1 à 10…t’en es où? Bon, je sais, ça fait plus qu’une question…mais sérieusement là…comment on fait pour être heureux? Est-ce que c’est possible de l’être à tous les jours, dans chaque situation ou est-ce qu’on est « doomed » à vivre malheureux jusqu’à la fin des temps? (O_o)

Dans ce blogue, tu retrouveras des réponses (les miennes et, probablement celles de Wikipédia), des trucs, des conseils (quoi faire et NE PAS faire) pour atteindre le bonheur. Mais, avant d’aller dans les détails croustillants du bonheur au quotidien, je t’invite à lire ce qui suit pour savoir si toi et moi, ça connecte. Parce que tsé , lire un blogue c’est comme aller chez le psy. Si ça clique pas, y’aura pas de résultats, hein ?!

 

Mary, c’est qui?

Je me présente, Maryeve Lamer. J’ai 34 ans (presque 35), je suis née à Montréal dans le quartier Saint-Henri (ghetto style). J’ai eu une enfance relativement heureuse et une bonne relation avec mes parents. À l’âge de 8 ans, je suis déménagée à Sainte-Thérèse sur la Rive-Nord de Montréal lorsque mes parents se sont séparés. Depuis, je suis encore dans le coin. J’ai déménagé un total de 16 fois en 34 ans. J’adore la stabilité, LOL! (mais c’est vrai, j’te jure). J’ai une poulette de 6 ans et une demi-poulette de 10 ans (la fille de mon chum). L’amoureux (fiancé – j’adore dire ça) et moi sommes en couple depuis près de 3 ans. J’ai la chance de pouvoir dire que je vis avec l’homme de ma vie, mon fantasme, mon homme idéal. Notre relation est basée sur l’amour, le respect, la communication et le teamwork (si tu viens de faire un « gagging sound », j’ten veux pas).

Je suis amoureuse de la vie, je pratique les arts martiaux (karaté, kickboxing et  parfois le bjj  – quand j’ai le temps), j’aime beaucoup acquérir de nouvelles connaissances et, l’évolution individuelle me fascine. J’ai entrepris de développer mon intelligence émotionnelle depuis l’adolescence et je trippe (mais pas) à sortir de ma zone de confort sur une base régulière.

L’une des choses sur lesquelles je travaille très fort depuis des années : mes « social skills ». J’ai toujours été réservée comme personne, gênée à la limite d’aller vers les gens. J’ai fait beaucoup d’anxiété généralisée et d’angoisse sociale, mais j’ai appris à vivre avec tout ça, pour la simple et bonne raison que je voyais ça comme un obstacle à mon bonheur. Je suis une personne super logique, ce qui fait en sorte que quand je vois un problème, mon premier réflexe est de trouver une solution et la mettre en application.

J’ai eu mon « share » d’expériences douteuses, de relations (amoureuses et amicales) émotionnellement abusives, de remises en question et de « reality checks ». Tout ça a fait en sorte que j’ai appris (et apprends encore) à me connaître de plus en plus chaque jour. J’ai toujours cru que le bonheur est un choix et j’ai choisis de faire de MON bonheur une priorité.

 

Mon parcours professionnel

Qu’est-ce que je fais dans la vie? Humm… je pense que ce serait plus facile de mentionner ce que je n’ai pas fait, <img class=” />! J’ai connu le marché du travail à l’âge de 15 ans (IGA) et je trouvais ça ben le fun le concept d’échanger du temps contre de l’argent.

De l’âge de 12-17 ans, je rêvais d’être psychologue. Je voulais aider les gens à comprendre les processus mentaux qui faisaient en sorte de freiner leur accès au bonheur. Sauf que, après avoir passé au travers du PEI (ben oui, j’étais dans le groupe des « bollés »), l’idée de passer 7 ans à l’université et d’en ressortir avec une tonne de dettes pour pouvoir écouter les gens me raconter leurs problèmes toute la journée…bof! ça me tentait moins.

À la fin de mon secondaire, j’ai commencé à travailler dans une usine en tant qu’étudiante (les étés) et je trouvais ça payant! Mais emballer de l’aluminium dans une shop à 35 degrés, ça peut te faire prendre conscience que l’école c’est important, pour avoir « une bonne job ». J’ai donc continué le cégep (en sciences humaines profil individu) en me demandant ce que j’allais faire pour le reste de mes jours.

C’est alors que mon meilleur ami m’a invité à une session d’information des Services Financiers Primerica (réseau de MLM) et j’ai trippé, solide! F*ck la bonne job! Je suis allée suivre les cours, passé mes permis auprès de l’Autorité des Marchés Financiers et, j’ai lancé ma première business ! J’adorais faire les analyses de besoins financiers, j’étais fascinée par l’ambiance dans les meetings et je suis même allée jusqu’à la convention d ‘Atlanta pour me motiver encore plus. Le seul hic : faire du « sôoocial », c’était loin d’être mon fort. J’angoissais à chaque fois que je devais prendre le téléphone et appeler une référence. Et on va se le dire, à 19 ans, t’as pas « full » crédibilité dans le domaine des finances. Même si tu connais ton affaire! Faque, après 1 an et demi à « essayer » de faire marcher la patente, j’ai quitté.

Pendant mon parcours collégial, je travaillais comme serveuse dans une brasserie à Sainte-Thérèse et, j’ai décidé de prendre une année sabbatique d’école après avoir reçu mon diplôme, pour me permettre d’évaluer ce qui m’allumais. C’est là où j’ai rencontré une amie qui m’a dit qu’un poste de comptabilité s’était libéré où elle travaillait et j’ai tout de suite sauté sur l’occasion (noter ici que la relation avec mes patrons de la brasserie allait de moins en moins bien…on me reprochait d’avoir trop de caractère…<img class=” />). J’ai donc commencé mon poste au département de facturation et j’ai vraiment aimé ça!  2 ans plus tard, la compagnie fermait ses portes et j’ai dû me trouver un autre emploi. Je voulais absolument me trouver quelque chose dans le même domaine, parce que les chiffres, ça me parlait! J’ai alors postulé dans une entreprise qui fabriquait des pièces de voitures à Laval et j’y ai passé 3 ans dans le département des comptes à recevoir. Pendant ce temps, j’avais toujours le désir de partir ma « p’tite affaire » à moi et je voyais la tenue de livre comme une belle opportunité. Mon conjoint du moment était entrepreneur et lorsque la compagnie pour laquelle je travaillais a fermé ses portes, j’ai alors pris l’opportunité de travailler de la maison (<img class=” />), dans son entreprise, à faire de la comptabilité et de l’administration. Il a ouvert/fermé plusieurs business dans les années suivantes, ce qui m’a permis de toucher à plusieurs domaines : le web, le marketing, la gestion, le développement d’entreprise, etc. J’ai commandé des vêtements en Chine pour les revendre ici, j’ai vendu des trucs sur Ebay, j’ai acheté des noms de domaines pour les revendre et j’ai lancé ma compagnie de création de sites web.

Lorsque je me suis séparée du père de ma fille, je me cherchais encore au niveau professionnel et je devais me remettre sur pieds et me tourner sur un 10 cennes, comme on dit. J’ai eu une opportunité d’apprendre comment être technicienne en pose d’ongles et j’me suis dit, pourquoi pas! Une autre corde à mon arc! J’ai travaillé plus de 9 mois dans un salon, mais je n’avais pas la latitude pour gérer mon entreprise. Je me sentais prise dans un moule et lorsque « all hell broke loose » avec la proprio de la place, je suis partie de mon côté et j’ai rebâti toute ma clientèle à partir de la maison. Un autre virage à 180 degrés! En deux jours, j’avais mon site web, mes cartes d’affaires et, en 1 semaine j’étais « bookée » du matin au soir. C’est là que je me suis rendu compte que lorsque je peux gérer mes propres affaires, ça marche! Au début, c’était super le fun! Je faisais ce que voulais, je gérais ma clientèle et mon horaire comme bon me semblait, c’était ENFIN, la liberté! Mais… avoir des madames chez vous, 8 heures par jour (pour moi qui n’est pas SI sociable que ça…), je trouvais ça intense. Surtout que je restais (avec mon amoureux, sa fille et la mienne) dans un demi-sous-sol 4 1/2 et que mon bureau de travail était en plein milieu de notre aire commune. Et malgré le fait que j’aimais beaucoup faire des ongles, je me cherchais encore et, la seule chose vers laquelle je retournais toujours était, la comptabilité. C’était ma zone de confort.  J’ai eu quelques contrats qui m’ont permis de faire le switch des ongles à la comptabilité et j’ai lancé mon entreprise de consultation. C’est, à ce jour, encore celle que j’opère. J’aime ce que je fais, par contre, je dois avouer que la comptabilité, ce n’est pas nécessairement un domaine positif ni très excitant…ce qui m’amène au pourquoi j’ai décidé de créer ce blogue.

 

Pourquoi le « bonheur sans BS, juste un peu quétaine »

Selon Wikipédia, le bonheur c’est : un état émotionnel agréable, équilibré et durable dans lequel se trouve quelqu'un qui estime être parvenu à la satisfaction des aspirations et désirs qu'il juge importants*

Être en business, c’est vraiment le fun! Tu es ton propre boss, Tu fais ton horaire, tu créer ta publicité, tu gère ta clientèle, tu t’occupes des nouveaux produits/services, tu fais ton site web, tu fais ta comptabilité etc. Souvent, le problème est que tu deviens prisonnier de ta propre compagnie. Être travailleur autonome peut devenir un piège assez rapidement. Tu finis par être un employé de…toi-même. Tu fais des heures de fou et tu n’as plus le temps pour faire autre chose que de la production. « Meaning », aucun temps pour développer ton entreprise. Résultat, tu deviens frustré et épuisé et tu remets tout en question. C’est exactement ce qui m’est arrivé.

Je me suis donc demandé : comment générer du revenu passif, tout en étant capable de développer de nouveaux projets/idées à l’intérieur de mon entreprise.

Après avoir réfléchis à comment j’avais envie de générer d’autres revenus, j’en suis venue à la conclusion qu’un blogue était LA solution. J’ai alors acheté la formation d’Olivier Lambert sur comment générer un blogue profitable, et j’ai commencé à créer mon design avec Thrive Themes (un des MEILLEURS outils pour bâtir un site web sans savoir coder). Mon sujet : Aider les entrepreneur(e)s à gérer leur comptabilité et leur département administratif. Pendant plusieurs mois, j’ai tenté de développer mon Instagram, mon Facebook, mon contenu de blogue, mon design. J’étais toujours arrêtée sur quelque chose; mon design était bof, je manquais d’inspiration pour le contenu etc. Bref, c’était lourd et je n’avançais pas du tout. Il y a environ 1 mois et demi, j’ai tout arrêté, pour me poser les bonnes questions et j’en suis venue à la conclusion que la comptabilité, c’était pas excitant « f*ck all » pour développer quelque chose de créatif. En tout cas, pas pour moi.

Après plusieurs jours de réflexion, je me suis rendu compte que LE sujet qui m’intéressait et sur lequel j’avais envie de partager (pas juste pour faire de l’$) et inspirer les gens, était ce qui me motivait le plus à TOUS les jours soit, le bonheur! Être heureux avec qui on est, voir la vie en rose (ou bleu, vert, « whatever »), se donner le droit d’avoir des émotions et les gérer comme des pros, bref, je pourrais en dire long sur le sujet. THAT’S IT! J’ai PLEIN de choses à dire sur le sujet. Les petits bonheurs de la vie quotidienne, les grands bonheurs d’événements spéciaux, les moyens bonheurs de la croissance personnelle… blablabla! La vie est belle. Pour vrai. Et j’ai envie de la partager avec tout plein de gens qui veulent être heureux.

Alors, tout ceci étant dit, j’espère t’avoir donné une meilleure idée de qui je suis et de ce que je vais te partager sur ce blogue. Si tu es à la recherche de trucs et de conseils pour augmenter ton potentiel bonheur au quotidien, pour apprendre à t’aimer plus, pour réussir à lâche prise ou tout simplement pour voir la vie en couleur, tu peux être certaine que tu y trouveras ton compte ici! Envoie-moi un message, ou commente cet article, j’aimerais apprendre à te connaître d’avantage et savoir c’est quoi pour toi, le bonheur!

À plus!

Mary

*Image par Véronique Dupont Photographe

*Article wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bonheur

>