fbpx

Category Archives for LadyBoss

E013 | Gagne 4 heures par semaine avec ces 10 trucs

Est-ce que ça t’es déjà arrivé de « manquer de temps »?

Est-ce que tu t’es déjà dis qu’il te faudrait une couple d’heures de plus dans une semaine semaine ou dans une journée?

As-tu déjà eu le feeling de courir comme une poule pas de tête, squeezée entre le souper, le bain des enfants, ton bain, sortir les poubelles, faire le ménage, couper le gazon bref, avoir le feeling d’être prise dans ta routine quotidienne?

Et bien si c’est le cas, bienvenue dans les statistiques du 2/3 de la population.

Selon plusieurs études, 66% des gens de la société nord américaine se sentent rushés ou ont le sentiment de manquer de temps dans leurs activités hebdomadaires. 

Pourtant, quand on y pense, les 33% de gens qui ont pas ce sentiment là, ont le même nombre d’heures dans une semaine que ceux qui on l’impression de manquer de temps.

Le manque de temps, ben « turns out » que c’est assez subjectif. 

Donc, si tu travailles à modifier ta perception de ton manque (ou ton abondance) de temps et que tu allie ça avec des trucs concrets, je te garantie que ta recette du bonheur va commencer à ressembler à autre chose qu’un mélange à gâteau.

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je te donne 10 trucs pour réussir à avoir plus de temps en ayant les mêmes heures que tout le monde.

Passe une belle journée!

Mary

La matrice de Eisen Hower

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

009 | Comment faire sortir la badass en toi!

Combien de fois as-tu regardé des films de super-héros en te disant que l’héroïne principale était la plus badass que t’as jamais vu et que t’aimerais ça toi aussi lancer des éclairs avec tes poignets?

Que si t’avais leur guts et leurs pouvoirs, tu réussirais enfin à atteindre ta vie de rêve, à lancer ton idée de business qui te trotte dans la tête depuis des années ou à perdre le 20 les que ton enfant chéri a engendré pendant que t’étais enceinte?

Si t’es une fan des badass, et bien j’ai une bonne nouvelle pour toi: Y’en a une en toi qui attend juste le OK pour sortir et utiliser ses pouvoirs

Bon, peut-être que tu réussiras pas à lancer des éclairs avec tes poignets, mais tu vas certainement être capable de « crash » les obstacles que la vie t’envoie et d’enfin atteindre ta vie idéale.

Dans cet épisode, je te donne 8 façons de sortir la badass en toi.

À bientôt!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

007 | Pourquoi c’est challengeant de te fixer un objectif

Pourquoi c’est challengeant se fixer un objectif, et comment on fait pour rendre la chose plus facile?

Pour commencer, les objectifs, à quoi ca sert?

  1. Te faire avancer dans la vie
  2. Te faire évoluer en tant que personne
  3. Te procurer un sentiment d’accomplissement
  4. Augmenter ton bonheur général
  5. Ultimement, ça sert aussi à te garder en vie

Penses-y..les objectifs ça commence dès qu’on nait. C’est juste que quand on est bébés, ce sont des objectifs plutôt inconscients. Des objectifs instinctifs pour te garder en vie. 

Mais rendu à l’âge adulte, ça arrive souvent qu’on a de la difficulté à atteindre nos objectifs.

Pourquoi, penses-tu?

On jase de ça today dans l’épisode!

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

Photo by Estée Janssens on Unsplash

006 | La puissance de la pensée positive

Photo by Eli DeFaria on Unsplash

Combien de fois as-tu entendu: « il faut que tu penses positif ! »  Ou bien, « visualise ce que tu veux et tu vas l’avoir, ils le disent dans « Le Secret »?

Après avoir lu plusieurs ouvrages sur le sujet, je croyais comprendre comment ça fonctionnait, penser positivement.

Si t’as déjà pensé que tu pouvais faire apparaître une licorne en y pensant ben ben fort assise sur ton divan, t’as fais comme moi, t’as confondue pensée positive avec pensée magique

La pensée magique te fait souhaiter quelque chose. C’est l’action de vouloir quelque chose ben fort, pis de te dire que tu peux l’avoir rien qu’en l’imaginant dans ta tête. si c’est quelque chose qui t’intéresse, ya plein de gurus out there qui vont se fendre le derrière pour te faire croire que ça existe pour prendre tes bidous.

La pensée positive, c’est un mode de vie qui te permet d’évoluer et de t’accomplir. 

la 1ere apporte des fausses attentes, la 2e t’apporte des résultats

 Aujourd’hui, je te partage 4 trucs pour t’aider à apprivoiser la pensée positive. 

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z! 

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI

Comment être maman et entrepreneure à la fois?

Comment être maman et entrepreneure à la fois?  Combien de fois t’es-tu sentie jugée en tant que maman? Ou en tant qu’entrepreneure? Ou en tant que maman qui a son entreprise? La supermom entrepreneure est une cible de choix pour les gens qui ne comprennent pas ce que c’est que d’avoir un enfant ou ce que c’est que d’avoir une entreprise (qui est comme un autre enfant).

J’ai toujours eu l’impression que l’image de la femme dans la société est comme un p’tit coupon dans un circulaire. On le découpe, un peu tout croche. On n’y fait pas attention, on le déchire avec un manque flagrant de caring… Même si on a pas besoin de la boîte de biscuits aux dattes, y’a de bonnes chances qu’on l’achète quand même, juste pour avoir le sentiment gratifiant qu’on a économisé quelques « cennes ».

Ben c’est un peu la même chose avec le rôle de la femme depuis des dizaines d’années. Celui-ci a bien changé depuis les années 50, mais il reste encore plusieurs aspects qui laissent à désirer et qui peuvent créer de l’angoisse de performance sur une base assez constante.

On donne à la femme d’aujourd’hui une image un peu trash mais, on s’attend qu’elle soit une femme distinguée, une maman parfaite, une femme de carrière prospère, qu’elle sache s’occuper de sa maison, faire à manger, être artistique (mais pas trop weird), qu’elle soit fit, en shape, qu’elle soit techno (mais pas geek), qu’elle soit sexuellement épanouie et ouverte et blablabla.

Bref, on l’utilise à tort et à travers, du bord que ça fait l’affaire dans le contexte du moment.

Moi je dis, f*ck that sh*t!

Le premier pas vers le « je m’en foutisme » de toute cette merde, c’est de te regarder dans le miroir et de te demander deux choses :

  1. Qui tu es
  2. Ce que tu veux

Aussi simple que ça. T’as pas besoin d’aller plus loin pour l’instant parce que, crois-moi, réussir à répondre à ces deux questions-là va te propulser sur l’autoroute du bonheur x 1000!

Ce que les autres pensent, on s’en fou. TA vie, ça t’appartient, à toi! Pas à ton chum, pas à ta mère, pas à tes enfants ou à ton poisson rouge, c’est à toi!

La journée que j’ai compris ça, ma vie à fait un 180 degrés d’un coup. J’ai été des années à vivre pour les autres, à ne pas vouloir froisser les gens et à aspirer à être parfaite. Et un jour, à force de lire sur le sujet (thanks, Jack!), je me suis dis F*ck that sh*it!. Le poids qui s’est alors enlevé de mes épaules… ouf! C’était presque orgasmique! Bon, je vais être honnête, j’ai pas « flushé » tous mes comportements nocifs d’un coup. C’est un travail qui s’est effectué sur plusieurs mois, plusieurs années… et qui continue encore aujourd’hui.

Qui es-tu et qu’est-ce que tu veux?

Je t’invite à faire cet exercice ce soir :

Choisis un endroit où tu ne seras pas dérangée, assis-toi confortablement avec un crayon et deux feuilles (à la bonne franquette) ou avec ton laptop, et écris « Je suis…» sur la 1ère et  « Je veux… » sur la 2e. Écris TOUT ce qui te passe par la tête; tes traits de caractères, tes forces, ce que tu as à travailler, ce qui te rend heureuse, ce que tu voudrais accomplir dans 3 mois, 1 an, 5 ans, name it! Laisse aller ton imagination et ton gut feeling. Si tu as besoin de plus de feuilles, let’s go. Laisse libre-cours à tes sentiments sans jugement ou restreinte.

Lorsque tu auras terminé, relis ce que tu as écris et porte attention à tes réactions émotionnelles. Comment te sens-tu en lisant ces phrases qui sortent directement de ton cœur?

Ton entreprise c’est comme ton bébé

Lancer sa business, c’est comme accoucher d’un nouveau né, right?!

Ça monopolise ton esprit, ton temps, tu dois investir de l’argent et surtout, tu dois commit to it! Si tu veux que ton entreprise soit successful, il faut que tu la nourrisses de tout ce dont elle a besoin. La différence avec un enfant, c’est que ton bébé, il va te casser les oreilles si tu ne t’en occupes pas. Il va pleurer, chigner, hurler quand c’est l’heure de son boire. Ta business elle, au contraire, restera silencieuse jusqu’à ce que tu lui donne assez d’amour pour prendre sa place, prendre de l’expansion.

Personne ne la prendra en charge. C’est TA job de faire en sorte qu’elle soit profitable.

Partir ta business from scratch ou te joindre à un MLM

Dépendamment du type de business que tu start, les tâches requises varieront d’une structure à l’autre. 

Si tu t’investis dans un MLM (multi-level marketing), c’est comme si tu achetais une franchise de restaurant. La base est déjà implantée (image de marque, site web, structure administrative etc.) et tu n’as qu’à te concentrer sur le côté développement de clientèle/équipe de vente.

Si tu as une idée en tête et que tu veux développer your own thing, en plus de t’occuper du côté ventes, tu auras également à mettre en place tout le côté admin de ta business.

Est-ce qu’il y a une situation meilleure que l’autre? Je ne crois pas…tout dépend de comment tu vois les choses. Souviens-toi qu’à la base, c’est TA vie, TON bonheur, TES choix. Donc, à partir du moment que tu as figuré ce que tu veux, la meilleure solution, ça t’appartient.

Être une supermom ET une supertrepreneuse, c’est faisable!

Que tu choisisses de « starter » ta business dans une équipe de MLM ou que tu la créer de A à Z, tu vas devoir y mettre du temps. L’affaire, c’est que quand t’as des enfants (des vrais qui parlent et qui bougent) qui ont besoin de toi pour rester en vie (et pour satisfaire leur besoins émotionnels), tu dois trouver LA façon de concilier le tout.

Peut-être as-tu même un job à temps plein en plus de ton rôle de maman? Alors là, c’est le jackpot! Comment gérer des enfants, un emploi, la maison, les courses, les repas, le couple ET une business on top?

Facile : Va falloir que tu t’investisses dans tout ça, en même temps. Oui, mais…comment être maman et entrepreneure à la fois?

Ça l’air complètement fou? Ben non, voyons… 🙄

Mais sérieusement, c’est vrai que tu vas devoir tout concilier. Comment? Well, en compartimentant intelligemment.

Au moment où j’écris ces lignes, il est 5h12 am.  Mon horaire quotidien ressemble à ça :

Lundi-Vendredi

  • 5h : Le cadran sonne (je snooze jusqu’à 5h20)
  • 5h20 – 6h10 : Je prends mon premier café et je travaille sur mon blogue
  • 6h10 : Je réveille ma poulette
  • 6h10 – 7h15 : C’est la routine de préparation pour l’école
  • 7h20 : ma fille entre dans l’autobus
  • 7h30 – 8h30 : Entraînement au gym OU yoga à la maison (j’alterne d’une journée à l’autre)
  • 8h30 – 9h00 : Préparation pour le travail
  • 9h30 – 16h00 : Je travaille comme consultante en comptabilité
  • 16h00 – 17h00 : Retour à la maison et ramassage de ma poulette à l’école ou à l’arrêt d’autobus
  • 17h00 – 20h00 : Je suis une maman (souper, bain, préparation des lunchs, plein d’amour etc.)
  • 20h00 : Préparation de mon gear d’entraînement pour le lendemain
  • 20h15 : Bain chaud + bulles + popcorn + verre de rouge+ mon tv show pref du moment
  • 21h00 : Mon fiancé arrive de travailler, on jase, on s’aime
  • 21h45 – 22h00 : Dodo!

Le samedi et dimanche sont variables…il y a le dojo (entraînement d’arts martiaux) le samedi matin, souvent quelque chose de prévu en pm et le dimanche, je travaille sur mon blogue ou mes réseaux sociaux.

Tout ça peut avoir l’air intense, et crois-moi, ça l’est! Si tu regardes bien, j’ai environ 45 min. de break à rien faire dans toute ma journée. Et je dois avouer, des fois, je triche. Des fois, je rush et une fois aux 3 mois (souvent en fin de trimestre), j’ai un mini nervous breakdown de 2 jours pis je m’endure pas. Mais, j’ai décidé que je voulais réussir dans la vie et que pour moi, la liberté (la VRAIE liberté), ça commence par tout ça. Ça commence par MOI, qui CHOISIS de donner du temps à ma famille, donner du temps à mes 2 business et à mon corps, en faisant du sport.

via GIPHY

Petite confidence, tsé le nervous breakdown que je viens de mentionner, et bien, je suis à plein pieds dedans depuis 2 jours. Ah! Et c’était ma fête hier. Cette semaine a été difficile sur le moral (peut-être que le manque de soleil y est aussi pour quelque chose), et je me suis rendu compte que l’activité physique est NÉCESSAIRE pour réussir à tout concilier. En étant plus à l’écoute de mon corps, j’ai pris conscience que les endorphines produites après un bon work out me rendent zen X 1000 et que j’ai besoin de ce sentiment intérieur pour garder le cap sur mes buts.

Finalement, il n’y a pas de solution parfaite. Il n’y a pas de blueprint sur « comment trouver LA meilleure façon de vivre ». Chaque situation est différente, et ce qui est important, c’est de trouver TA voie. C’est d’écrire TON blueprint…celui qui va te faire atteindre l’accomplissement de tes rêves. Et dis-toi que tu es mieux de le dessiner au crayon à mine, parce que tu risques d’effacer et de barbouiller souvent sur ta feuille. Ta réalité va changer régulièrement, selon les décisions que tu prendras. Faque, les autres qui te jugent, regarde-les même pas. Laisse-les faire, ils ne sont pas relevant dans ton monde de licornes. Y’a rien qui peut t’arrêter si tu es déterminée.

Sur ce, je te souhaite une journée remplie de soleil et de bonheur.

P.S. J’aimerais savoir c’est quoi toi, ta routine chaque jour et c’est quoi ton plan pour réussir à atteindre tes objectifs?

À+ !

Mary

4 trucs concrets pour apprivoiser la pensée positive

Lorsque j’avais 19 ans, j’ai commencé à m’intéresser à la pensée positive.  Combien de fois ai-je entendu quelqu’un me dire : « il faut que tu penses positif ! »  Ou bien, « visualise ce que tu veux et tu vas l’avoir, ils le disent dans « Le Secret ». Après avoir lu plusieurs ouvrages sur le sujet, je croyais comprendre comment ça fonctionnait, penser positivement.

Well, as-tu déjà « essayé » de matérialiser tes désirs en pensant positivement (même si dans ton  innerself tu avais l’impression que ce serait trop beau pour être vrai si ça arrivait vraiment?

Si ta réponse est « oui », et que tu n’as vu aucun résultat jusqu’à présent, c’est peut-être parce comme moi, tu as confondu la pensée positive avec la pensée magique.

La différence entre les deux? La pensée magique te fait souhaiter quelque chose. Pour sa part, la pensée positive est un mode de vie. L’une t’apporte des attentes, tandis que l’autre t’apporte un sentiment d’accomplissement et des résultats.

Aimerais-tu être capable d’intégrer la pensée positive à ton quotidien et avoir, enfin, le lifestyle que tu as toujours voulu?

Si oui, continue ta lecture parce que dans cet article, je vais te donner 4 trucs concrets pour apprivoiser la pensée positive dans chaque situation qui se présente à toi.

1. Cherche pas trop loin, le bonheur est dans ta cour

L’humain a souvent tendance à penser que le gazon est toujours plus vert de l’autre côté de la clôture. Tsé, quand le gazon du terrain d’en face est tellement beau, vert et moelleux que t’as envie de te frotter la face dessus?

via GIPHY

Bien dis-toi que si ton voisin a un gazon aussi nice que ça, c’est probablement parce qu’il s’en occupe. Ceci étant dit, si tout le monde mettait son énergie à faire pousser son propre gazon au lieu d’écouter « Occupation Double » (no offense), je te garantis que des « greens » de golf, y’en aurait à perte de vue.

La première étape pour vivre heureuse est SUPER simple : Mêles-toi de TES affaires, et commence à mettre de l’engrais sur TON gazon. Parce qu’on va se le dire, la seule personne responsable de ton bonheur, c’est toi. Point.

2. Il y a toujours pire (ou presque)

Une bonne façon d’implémenter la pensée positive dans ta vie, c’est de lâcher prise. La vie nous apporte un shit load d’obstacles à passer au travers, d’événements vraiment désagréables à « dealer » avec et, de comportements (des autres) nous donnant le goût de s’arracher les cheveux.

via GIPHY

La bonne nouvelle, c’est que dans 99.9% de ces situations, tu vas pouvoir te dire : « ça pourrait être pire ».

Exemple : Tu commences un nouvel emploi et, un gros rhume vient faire son chemin dans tes sinus…la veille de ta première journée.

Tu rencontres une nouvelle personne, ça clique entre vous deux et tu as vraiment l’impression que ça pourrait mener à quelque chose de bien. Next thing you know, plus de nouvelles! Rien! Nada! T’as perdu ton temps!

Tu roules dans ta nouvelle voiture, les fenêtres baissées, les cheveux dans le vent et tu perds le contrôle de celle-ci, fait des tonneaux et finis dans un poteau. Tu es transportée d’urgence à l’hôpital et on te dit que tu ne pourras plus jamais marcher.

Ouin…le dernier exemple était un peu lourd…I know. Mais, dans les 3 cas, it could have been worse. Dans la première situation, tu aurais pu avoir la gastro. On s’entend, un rhume, c’est poche. Mais tu peux quand même être fonctionnelle. Dans le deuxième exemple, well, c’était définitivement pas la bonne personne pour toi…et c’est mieux de l’apprendre au début, qu’après 5 ans de relation, « tsé »! Finalement, dans la dernière mise en scène, t’aurais pu mourir. Mais t’es encore en vie et lucide.

C’est là où je veux en venir… ça pourrait toujours (ou presque) être pire. Le presque représente la mort d’un être cher, de soi-même ou une perte de conscience à long terme. Parce que tant qu’on est vivant et conscient, on peut changer notre vie. Pas nécessairement au même niveaux dans toutes les situations…mais, on a la possibilité de rendre notre vie meilleure d’une façon ou d’une autre.

Keep wishing, and start doing

Lorsque tu as un but en tête, que ce soit de changer ton lifestyle, de devenir une artiste accomplie, de faire du ménage dans ton entourage, de partir ta « business » de gazon etc., la première étape est, of course, de le vouloir. D’avoir une idée CLAIRE de ce que tu veux et te de demander POURQUOI tu le veux. Qu’est-ce qu’atteindre ton but va t’apporter? Qu’elles émotions cela te fera ressentir? Quels bienfaits ça aura sur le reste de ta vie?

La deuxième étape est de vivre le outcome comme si tu étais déjà arrivée à destination.

via GIPHY

Prenons l’exemple de Charlotte. Charlotte a 35 ans, toutes ses dents et a deux enfants de 4 et 2 ans et demi. Elle travaille en administration, dans une PME depuis 5 ans et elle atteint le niveau maximum d’avancement qu’elle pouvait avoir dans son emploi. Dans ses temps libres, Charlotte adore peindre et depuis son enfance, elle rêve de faire partie d’un vernissage et de vendre ses peintures. Malheureusement, avec son train de vie (emploi à temps plein, la famille, les tâches ménagères etc.), elle se dit que ce serait impossible d’y arriver.

Selon toi, Charlotte a-t-elle raison? Crois-tu qu’elle devrait abandonner son rêve parce que la routine prend tout son temps? Et si ta réponse est « non », comment pourrait-elle faire en sorte de concilier les deux?

Si on revient à la première étape qui est, de vouloir et d’avoir une idée claire, on voit bien que Charlotte a franchi cette étape depuis un bon bout déjà. Elle sait qu’elle veut exposer ses toiles et avoir la chance de vendre celles-ci.

Par la suite, la deuxième étape à faire, est… roulement de tambour… de le faire. Just f*king do it. C’est aussi simple que ça!

Maintenant, je ne suggérerais pas à Charlotte de tout lâcher pour se concentrer seulement sur son rêve! Mais, elle peut tout de même commencer à VIVRE son rêve en accordant du temps à celui-ci. Par exemple, elle pourrait allouer 30 minutes par jour (pendant que son mari prépare le souper et que les enfants jouent) au développement de son projet. Ou bien si ce n’est pas possible, 1 h à tous les samedis ou dimanche. Le temps de la journée que Charlotte peut prendre n’est pas important. L’important, c’est que ces périodes soient CONSTANTES et non négociables!

Donc, après avoir déterminé quel moment est le plus propice (quitte à se lever 1 heure plus tôt) à prendre du temps pour elle (et son projet), Charlotte sera en mesure de se faire un plan avec des tâches (Asana est un très bon outil) précises qu’elle pourra accomplir pendant ces périodes. Après un certain temps, si elle garde son focus et sa constance, son projet verra le jour. C’est sûr! Va-t-elle vendre ses toiles? Possible! (Là, ça dépend du talent…).

L’important dans tout ça, c’est de comprendre que tu peux atteindre à peu près n’importe quel but, il suffit de commencer quelque part et de commit.

La pensée positive, c’est dans ton core

On a vu, au début de l’article, la différence entre la pensée magique et la pensée positive. Une autre façon de voir la chose est la suivante : la pensée magique vient de la tête et la pensée positive vient de ton âme (whoooooo, on est deep là, hein!)

Ce que je veux dire par là, c’est que la VRAIE pensée positive vient de ta perception de la vie en général. C’est comment tu réagis face aux situations qui se présentent à toi chaque jour qui fera la différence. Est-ce que pour toi, le verre est à moitié vide, à moitié plein ou, il déborde jusque chez ton voisin deux étages plus bas? Vis-tu dans un monde de licornes ou, dans un monde de gorilles?

Dis-toi une chose, la seule personne responsable de ton bonheur, c’est toi! Il y a seulement TOI, qui aura le dernier mot sur ta réaction face aux obstacles que la vie t’envoie. Comme dit Jack Canfield, c’est pas important ce que les autres pensent de toi. Ce qui est important, c’est ce que toi tu penses de toi malgré l’opinion des autres.

La pensée positive, c’est deep, c’est pas en surface. Si tu as l’impression que tes réactions intérieures ne sont pas assez positives, c’est pas grave! Ça se travaille. Ça prend une bonne dose d’introspection et de questionnement sur qui tu es et, let’s go, t’es en business! Tout est possible. Il suffit d’aller chercher les bons outils.

En résumé, il y a trois réactions possibles. Soit :

  1. Tu te sens hyper fière parce que let’s face it, Toi, la vie tu vois ça en couleurs x 1000 et tu as déjà compris comment ça fonctionne la pensée positive!
  2. Tu te sens complètement misérable parce que depuis longtemps tu pensais que la pensée positive consistait à souhaiter quelque chose pour que la fée des souhaits te donne ce que tu veux.
  3. Tu comprends que la vie est remplie d’obstacles et que chaque jour est un challenge, mais que c’est clairement possible d’améliorer ta perception avec du vouloir et du travail sur toi.

Peu importe dans quel groupe tu te situes, l’important à retenir c’est que si tu veux, tu peux! La première place où aller chercher le bonheur, c’est dans ta cour, pas chez le voisin. Dans la majorité des cas, les situations qui se présentent à toi sont gérables. Pas toujours faciles, mais ça pourrait toujours (ou presque) être pire. Focus toi sur ce que tu veux, commence petit à petit à le mettre en pratique. Monte la première marche, avant de penser au top des escaliers. Et garde TOUJOURS en tête, que TA perception de la vie, fera toute la différence sur ton bonheur.

À plus!

Mary ☺️

Image by DanaTentis from Pixabay 

Le blogue du Bonheur sans bullshit, juste un peu quétaine.

Salut à toi, qui s’est retrouvée sur mon blogue du bonheur sans BS, juste un peu quétaine! Si tu es là, c’est soit parce que 1- le bonheur, ça te parle, 2- t’as une amie ben quétaine qui t’a partagé mon site ou 3- t’as accidentellement cliqué sur mon lien, quand en fait, tu voulais cliquer sur celui du vidéo drôle en dessous. Peu importe, le fait est que maintenant, tu es là et tu lis cet article.

Donc, ma question pour toi aujourd’hui est : pour toi, c’est quoi le bonheur? Te considères-tu heureuse dans la vie de tous les jours? Et si oui, jusqu’à quel point? Sur une échelle de 1 à 10…t’en es où? Bon, je sais, ça fait plus qu’une question…mais sérieusement là…comment on fait pour être heureux? Est-ce que c’est possible de l’être à tous les jours, dans chaque situation ou est-ce qu’on est « doomed » à vivre malheureux jusqu’à la fin des temps? (O_o)

Dans ce blogue, tu retrouveras des réponses (les miennes et, probablement celles de Wikipédia), des trucs, des conseils (quoi faire et NE PAS faire) pour atteindre le bonheur. Mais, avant d’aller dans les détails croustillants du bonheur au quotidien, je t’invite à lire ce qui suit pour savoir si toi et moi, ça connecte. Parce que tsé , lire un blogue c’est comme aller chez le psy. Si ça clique pas, y’aura pas de résultats, hein ?!

 

Mary, c’est qui?

Je me présente, Maryeve Lamer. J’ai 34 ans (presque 35), je suis née à Montréal dans le quartier Saint-Henri (ghetto style). J’ai eu une enfance relativement heureuse et une bonne relation avec mes parents. À l’âge de 8 ans, je suis déménagée à Sainte-Thérèse sur la Rive-Nord de Montréal lorsque mes parents se sont séparés. Depuis, je suis encore dans le coin. J’ai déménagé un total de 16 fois en 34 ans. J’adore la stabilité, LOL! (mais c’est vrai, j’te jure). J’ai une poulette de 6 ans et une demi-poulette de 10 ans (la fille de mon chum). L’amoureux (fiancé – j’adore dire ça) et moi sommes en couple depuis près de 3 ans. J’ai la chance de pouvoir dire que je vis avec l’homme de ma vie, mon fantasme, mon homme idéal. Notre relation est basée sur l’amour, le respect, la communication et le teamwork (si tu viens de faire un « gagging sound », j’ten veux pas).

Je suis amoureuse de la vie, je pratique les arts martiaux (karaté, kickboxing et  parfois le bjj  – quand j’ai le temps), j’aime beaucoup acquérir de nouvelles connaissances et, l’évolution individuelle me fascine. J’ai entrepris de développer mon intelligence émotionnelle depuis l’adolescence et je trippe (mais pas) à sortir de ma zone de confort sur une base régulière.

L’une des choses sur lesquelles je travaille très fort depuis des années : mes « social skills ». J’ai toujours été réservée comme personne, gênée à la limite d’aller vers les gens. J’ai fait beaucoup d’anxiété généralisée et d’angoisse sociale, mais j’ai appris à vivre avec tout ça, pour la simple et bonne raison que je voyais ça comme un obstacle à mon bonheur. Je suis une personne super logique, ce qui fait en sorte que quand je vois un problème, mon premier réflexe est de trouver une solution et la mettre en application.

J’ai eu mon « share » d’expériences douteuses, de relations (amoureuses et amicales) émotionnellement abusives, de remises en question et de « reality checks ». Tout ça a fait en sorte que j’ai appris (et apprends encore) à me connaître de plus en plus chaque jour. J’ai toujours cru que le bonheur est un choix et j’ai choisis de faire de MON bonheur une priorité.

 

Mon parcours professionnel

Qu’est-ce que je fais dans la vie? Humm… je pense que ce serait plus facile de mentionner ce que je n’ai pas fait, <img class= » />! J’ai connu le marché du travail à l’âge de 15 ans (IGA) et je trouvais ça ben le fun le concept d’échanger du temps contre de l’argent.

De l’âge de 12-17 ans, je rêvais d’être psychologue. Je voulais aider les gens à comprendre les processus mentaux qui faisaient en sorte de freiner leur accès au bonheur. Sauf que, après avoir passé au travers du PEI (ben oui, j’étais dans le groupe des « bollés »), l’idée de passer 7 ans à l’université et d’en ressortir avec une tonne de dettes pour pouvoir écouter les gens me raconter leurs problèmes toute la journée…bof! ça me tentait moins.

À la fin de mon secondaire, j’ai commencé à travailler dans une usine en tant qu’étudiante (les étés) et je trouvais ça payant! Mais emballer de l’aluminium dans une shop à 35 degrés, ça peut te faire prendre conscience que l’école c’est important, pour avoir « une bonne job ». J’ai donc continué le cégep (en sciences humaines profil individu) en me demandant ce que j’allais faire pour le reste de mes jours.

C’est alors que mon meilleur ami m’a invité à une session d’information des Services Financiers Primerica (réseau de MLM) et j’ai trippé, solide! F*ck la bonne job! Je suis allée suivre les cours, passé mes permis auprès de l’Autorité des Marchés Financiers et, j’ai lancé ma première business ! J’adorais faire les analyses de besoins financiers, j’étais fascinée par l’ambiance dans les meetings et je suis même allée jusqu’à la convention d ‘Atlanta pour me motiver encore plus. Le seul hic : faire du « sôoocial », c’était loin d’être mon fort. J’angoissais à chaque fois que je devais prendre le téléphone et appeler une référence. Et on va se le dire, à 19 ans, t’as pas « full » crédibilité dans le domaine des finances. Même si tu connais ton affaire! Faque, après 1 an et demi à « essayer » de faire marcher la patente, j’ai quitté.

Pendant mon parcours collégial, je travaillais comme serveuse dans une brasserie à Sainte-Thérèse et, j’ai décidé de prendre une année sabbatique d’école après avoir reçu mon diplôme, pour me permettre d’évaluer ce qui m’allumais. C’est là où j’ai rencontré une amie qui m’a dit qu’un poste de comptabilité s’était libéré où elle travaillait et j’ai tout de suite sauté sur l’occasion (noter ici que la relation avec mes patrons de la brasserie allait de moins en moins bien…on me reprochait d’avoir trop de caractère…<img class= » />). J’ai donc commencé mon poste au département de facturation et j’ai vraiment aimé ça!  2 ans plus tard, la compagnie fermait ses portes et j’ai dû me trouver un autre emploi. Je voulais absolument me trouver quelque chose dans le même domaine, parce que les chiffres, ça me parlait! J’ai alors postulé dans une entreprise qui fabriquait des pièces de voitures à Laval et j’y ai passé 3 ans dans le département des comptes à recevoir. Pendant ce temps, j’avais toujours le désir de partir ma « p’tite affaire » à moi et je voyais la tenue de livre comme une belle opportunité. Mon conjoint du moment était entrepreneur et lorsque la compagnie pour laquelle je travaillais a fermé ses portes, j’ai alors pris l’opportunité de travailler de la maison (<img class= » />), dans son entreprise, à faire de la comptabilité et de l’administration. Il a ouvert/fermé plusieurs business dans les années suivantes, ce qui m’a permis de toucher à plusieurs domaines : le web, le marketing, la gestion, le développement d’entreprise, etc. J’ai commandé des vêtements en Chine pour les revendre ici, j’ai vendu des trucs sur Ebay, j’ai acheté des noms de domaines pour les revendre et j’ai lancé ma compagnie de création de sites web.

Lorsque je me suis séparée du père de ma fille, je me cherchais encore au niveau professionnel et je devais me remettre sur pieds et me tourner sur un 10 cennes, comme on dit. J’ai eu une opportunité d’apprendre comment être technicienne en pose d’ongles et j’me suis dit, pourquoi pas! Une autre corde à mon arc! J’ai travaillé plus de 9 mois dans un salon, mais je n’avais pas la latitude pour gérer mon entreprise. Je me sentais prise dans un moule et lorsque « all hell broke loose » avec la proprio de la place, je suis partie de mon côté et j’ai rebâti toute ma clientèle à partir de la maison. Un autre virage à 180 degrés! En deux jours, j’avais mon site web, mes cartes d’affaires et, en 1 semaine j’étais « bookée » du matin au soir. C’est là que je me suis rendu compte que lorsque je peux gérer mes propres affaires, ça marche! Au début, c’était super le fun! Je faisais ce que voulais, je gérais ma clientèle et mon horaire comme bon me semblait, c’était ENFIN, la liberté! Mais… avoir des madames chez vous, 8 heures par jour (pour moi qui n’est pas SI sociable que ça…), je trouvais ça intense. Surtout que je restais (avec mon amoureux, sa fille et la mienne) dans un demi-sous-sol 4 1/2 et que mon bureau de travail était en plein milieu de notre aire commune. Et malgré le fait que j’aimais beaucoup faire des ongles, je me cherchais encore et, la seule chose vers laquelle je retournais toujours était, la comptabilité. C’était ma zone de confort.  J’ai eu quelques contrats qui m’ont permis de faire le switch des ongles à la comptabilité et j’ai lancé mon entreprise de consultation. C’est, à ce jour, encore celle que j’opère. J’aime ce que je fais, par contre, je dois avouer que la comptabilité, ce n’est pas nécessairement un domaine positif ni très excitant…ce qui m’amène au pourquoi j’ai décidé de créer ce blogue.

 

Pourquoi le « bonheur sans BS, juste un peu quétaine »

Selon Wikipédia, le bonheur c’est : un état émotionnel agréable, équilibré et durable dans lequel se trouve quelqu’un qui estime être parvenu à la satisfaction des aspirations et désirs qu’il juge importants*

Être en business, c’est vraiment le fun! Tu es ton propre boss, Tu fais ton horaire, tu créer ta publicité, tu gère ta clientèle, tu t’occupes des nouveaux produits/services, tu fais ton site web, tu fais ta comptabilité etc. Souvent, le problème est que tu deviens prisonnier de ta propre compagnie. Être travailleur autonome peut devenir un piège assez rapidement. Tu finis par être un employé de…toi-même. Tu fais des heures de fou et tu n’as plus le temps pour faire autre chose que de la production. « Meaning », aucun temps pour développer ton entreprise. Résultat, tu deviens frustré et épuisé et tu remets tout en question. C’est exactement ce qui m’est arrivé.

Je me suis donc demandé : comment générer du revenu passif, tout en étant capable de développer de nouveaux projets/idées à l’intérieur de mon entreprise.

Après avoir réfléchis à comment j’avais envie de générer d’autres revenus, j’en suis venue à la conclusion qu’un blogue était LA solution. J’ai alors acheté la formation d’Olivier Lambert sur comment générer un blogue profitable, et j’ai commencé à créer mon design avec Thrive Themes (un des MEILLEURS outils pour bâtir un site web sans savoir coder). Mon sujet : Aider les entrepreneur(e)s à gérer leur comptabilité et leur département administratif. Pendant plusieurs mois, j’ai tenté de développer mon Instagram, mon Facebook, mon contenu de blogue, mon design. J’étais toujours arrêtée sur quelque chose; mon design était bof, je manquais d’inspiration pour le contenu etc. Bref, c’était lourd et je n’avançais pas du tout. Il y a environ 1 mois et demi, j’ai tout arrêté, pour me poser les bonnes questions et j’en suis venue à la conclusion que la comptabilité, c’était pas excitant « f*ck all » pour développer quelque chose de créatif. En tout cas, pas pour moi.

Après plusieurs jours de réflexion, je me suis rendu compte que LE sujet qui m’intéressait et sur lequel j’avais envie de partager (pas juste pour faire de l’$) et inspirer les gens, était ce qui me motivait le plus à TOUS les jours soit, le bonheur! Être heureux avec qui on est, voir la vie en rose (ou bleu, vert, « whatever »), se donner le droit d’avoir des émotions et les gérer comme des pros, bref, je pourrais en dire long sur le sujet. THAT’S IT! J’ai PLEIN de choses à dire sur le sujet. Les petits bonheurs de la vie quotidienne, les grands bonheurs d’événements spéciaux, les moyens bonheurs de la croissance personnelle… blablabla! La vie est belle. Pour vrai. Et j’ai envie de la partager avec tout plein de gens qui veulent être heureux.

Alors, tout ceci étant dit, j’espère t’avoir donné une meilleure idée de qui je suis et de ce que je vais te partager sur ce blogue. Si tu es à la recherche de trucs et de conseils pour augmenter ton potentiel bonheur au quotidien, pour apprendre à t’aimer plus, pour réussir à lâche prise ou tout simplement pour voir la vie en couleur, tu peux être certaine que tu y trouveras ton compte ici! Envoie-moi un message, ou commente cet article, j’aimerais apprendre à te connaître d’avantage et savoir c’est quoi pour toi, le bonheur!

À plus!

Mary

*Image par Véronique Dupont Photographe

*Article wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bonheur

>