fbpx

Connais-tu la simplicité volontaire?

J’ai ouvert le tiroir, j’ai tassé les mille et uns trucs qui trainaient dedans et je l’ai finalement vue. Je l’ai vue comme si c’était la première fois de ma vie que je réalisais qu’elle était là.

C’était la première fois que j’avais une réaction, que je m’attardais au pourquoi du fait qu’elle faisait encore partie de ma vie.

Toujours aussi solide, aussi utile mais… plus aucune couleur, aucune indication de mesure…ma vieille, ma première tasse à mesurer était en fin de vie.

Et là, tu dois sûrement te demander où je m’en vais avec mes skis dans mon bain avec ma tasse à mesure désuète.

Et bien, ma chère Heureuse c’est très simple, aujourd’hui j’avais envie de te parler de simplicité volontaire, de minimalisme et de l’impact qu’ils sont sur notre bonheur au quotidien.

Parce que contrairement à ce qu’on pourrait penser, avoir un walk-in plein de 200 morceaux de linge ne vas pas nécessairement contribuer à ton bonheur et même que ça pourrait avoir l’effet inverse.

On part ça!

C’est quand la dernière fois que tu as fait une vente de garage?

Ou du moins, que tu as fouillé dans les catacombes de ton garage, ton cabanon, tes tiroirs de cuisine ou ton sous-sol pour faire l’inventaire de ce qui ne te sert plus?

Selon certaines études, on posséderait en moyenne entre 100 000 et 300 000 objets dans notre maison.

J’veux dire…!!!

J’ai récemment fait le ménage du printemps chez moi, et cela m’a donné l’occasion de réfléchir à ce que je possède réellement et à ce qui me rend heureuse.

De plus en plus, je m’intéresse au minimalisme et j’me rends compte avec chaque petit pas en avant, que plus je laisse aller les choses qui ne me servent plus, plus je me sens bien.

Et non seulement ça, lorsque je dois remplacer quelque chose de désuet, je prends le temps de choisir la pièce en question et trouver quelque chose qui me plaît vraiment.

J’y vais avec 3 critères:

#1 – Je dois le trouver beau

#2 – Il doit être utile, avoir un « purpose » à lui

#3 – Il doit pouvoir durer longtemps

On se comprend, longtemps, ça peut être relatif à l’objet: Une éponge Konica ne vas pas durer aussi longtemps qu’une bouilloire.

Mais j’essaie le plus possible d’être intentionnelle dans mes achats.

Pour faire de la place, j’ai commencé par trier mes livres.

J’en avais accumulé une quantité importante au fil des années, mais je me suis rendue compte que certains d’entre eux ne m’avaient pas vraiment apporté de joie ou de valeur ajoutée ou bien que je ne les relirais pas.

J’ai donc décidé de vendre ceux que je n’avais pas lus depuis longtemps et de ne garder que mes coups de cœur.

Ensuite, je me suis attaquée à mes vêtements.

Toutes (ou presque) les pièces que je n’avais pas porté dans les 2 dernières années, je les ai données.

Une de mes prochaines étapes, ce sera mes coupes en cristal.

Elles sont super vintage et ont été passées de ma grand-mère à ma mère et de ma mère à moi. Ça fait plus de 15 ans que je les garde mais je ne m’en sert jamais.

Elles font juste prendre de la place et me causer de l’urticaire quand on déménage parce que j’ai peur de les briser dans le déménagement.

Mais en y réfléchissant bien, je me suis rendue compte que je ne les utilisais jamais et qu’elles étaient simplement là pour prendre de la place, quand je pourrais les vendre et que quelqu’un d’autre en profite.

Dans l’intro, je t’ai parlé de ma tasse à mesurer. Elle a déménagé au moins 10 fois avec moi.

Chaque jour, j’ouvre mon tiroir et je la vois sans la voir.

Jusqu’à la semaine dernière, je me suis jamais demandée pourquoi je l’avais gardée aussi longtemps.

On voit pu rien dessus là! Finito Pépito.

Et tu sais quoi? J’en ai une pratiquement neuve à côté que je me sers toujours.

J’veux dire… allô!

Mais combien qu’on fait ça!?

Qu’on garde des trucs, qu’on passe à côté à chaque jour sans se demander pourquoi ils sont encore là.

Je suis convaincue que le fait d’être intentionnelle dans son decluttering peut avoir un impact positif sur notre bonheur et notre bien-être.

Quand on s’entoure d’objets qui ont une réel « purpose », une réelle utilité et qui nous apportent de la joie, on est bien plus heureux de les utiliser.

Comme par exemple, mon contenant à ail.

Je l’ai regardé au moins 5 fois au magasin avant de l’acheter.

Mais depuis que je l’ai, chaque fois que mon regard se pose dessus, j’ai un petit sentiment de bonheur qui monte.

Selon un article que j’ai lu récemment dans La Presse, on a tendance à accumuler de plus en plus d’objets au fil des ans et ça peut avoir des conséquences néfastes sur notre santé mentale et notre qualité de vie.

Une étude menée par l’Association canadienne de la santé mentale a révélé que les personnes qui possèdent moins d’objets matériels sont plus heureuses et ont une meilleure estime de soi.

Je crois que c’est important de prendre le temps d’évaluer ce que contient notre environnement et de faire de l’espace pour diminuer notre charge mentale.

C’est un des aspects qu’on voit dans le challenge « Détoxifie ton Bonheur » parce que ça a un réel impact sur notre bonheur au quotidien.

Chaque fois que j’entre dans une pièce en désordre, mon cerveau aime pas ça.

Parce que là, je commence à me dire: « Ah, faudrait que je fasse le ménage. Je pourrais placer telle chose là, ranger tel truc dans le sous-sol etc… »

Je sais pas si ça te fait ça aussi ma belle Heureuse, mais moi, le bordel, ça me prend du jus de cerveau.

Alors si y’a moins d’items dans la pièce à ranger, y’a moins de chance que ce soit le bordel rapidement une fois que le ménage a été fait.

Et le contraire est aussi vrai.

Quand la pièce shine de propreté et que tout est rangé à sa place, OMG que ça me fait du bien!

En conclusion, je pense que c’est important de réfléchir à ce qu’on possède et à ce qui nous apporte réellement de la valeur ajoutée dans notre vie.

En étant intentionnelle dans notre decluttering, on peut créer un environnement qui reflète qui nous sommes et qui nous rend heureux.

J’te pose la question ma belle Heureuse: « Quel objet garde-tu avec toi depuis longtemps et que tu ne te sert plus? »

Si c’est pas déjà fait, je t’invite à me rejoindre dans ma newsletter quotidienne « Ma Vie Sans Bullsh*t » pour recevoir plus de trucs de ce genre 5 fois par semaine pendant que tu bois ton café du matin.

Sur ce, je te souhaite un bon ménage et j’te parle bientôt!

Hey bye là!

Liens de l’article: https://www.lapresse.ca/affaires/chroniques/2023-04-30/compliquee-la-simplicite.php

Recherche de l’association canadienne de la santé mentale: https://cmha.ca/fr/documents/avoir-moins-pour-vivre-plus-comment-les-biens-materiels-affectent-la-sante-mentale-et-le-bien-etre

 

Inscris-toi à la newsletter « Ma Vie Sans Bullsh*t »  

Courriel: podcast@maryevelamer.com

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryevelamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

 

Épisodes récents

>