fbpx

Tag Archives forlifestyle

S1E1 | La mode de l’authenticité

La mode de l’authenticité.

Ça veut dire quoi être authentique?

On entend souvent parler d’authenticité…c’est un des mots les plus populaires depuis quelques années dans le monde du développement personnel.

C’est comme si tout le monde était parti à la recherche de son authenticité et si tu réussis pas à la trouver, c’est pas bien. C’est rendu qu’on se sent mal si on ne se sent pas authentique.

Est-ce que toi, chère Heuresue, tu la maîtrises ton authenticité? Est-ce qu’on peut maîtriser ça ou c’est censé être inné?

Pour moi, l’authenticité, c’est le fait de s’assumer, de s’accepter et d’être à l’aise avec sa vulnérabilité.

Et est-ce que c’est toujours positif d’être authentique? Ou des fois, ça peut se retourner contre nous?

Après m’être penchée sur la question, j’avais envie de venir te jaser sur le sujet et te partager certaines de mes expériences avec l’authenticité.

Bon, pour commencer, ça veut dire quoi dans le dictionnaire, « authentique ». La définition du Larousse est « D’une totale sincérité ».

Ouin…Ça laisse pas beaucoup d’espace pour de la flexibilité, right?

Je sais pas si toi quand t’étais jeune, t’avais tendance à faire des mauvais coups pis à cacher ce que tu avais fais, mais si c’était le cas, ça voudrait dire que dans ces moments-là, tu n’étais pas authentique.

Moi de mon côté, j’étais assez sage. C’était rare que je défiais l’autorité parentale ou scolaire parce que j’aimais avoir l’approbation des autres.

En fait, ça allait plus loin que ça… non seulement je voulais que les gens soient contents de ce que je faisais, mais je voulais aussi éviter de me faire réprimander.

À un point tel que quand je faisais des « mauvais coups », j’me rapportais moi-même.

Ça me rappel un événement quand j’avais environ 7-8 ans…Dans ce temps-là, mes parents avaient une roulotte stationnée dans un camping. On venait juste de déménagé d’un autre camping et ma cousine était venu passer la journée avec ses parents. Je me souviens pas si c’était au début ou à la fin de la saison..mais il me semble que la température était bonne, mais pas assez chaude pour se baigner.

Ma cousine et moi on jouait dans le parc en face de notre terrain mais tsé…à 7-8 ans, quand y’a juste des modules de base comme des balançoires, une glissade pis peut-être un tournique, ben ça se peut que tu te mettes désespérément à la cherche de quelque chose de plus le fun.

En passant, si tu te demandes c’est quoi un tourniquet, c’est la plateforme ronde avec des barres qui tourne sur elle-même et qui m’a donné mal au coeur au moins une dizaine de fois avant quw je comprennes que c’était pas une bonne idée.

Alors, pendant qu’on en était à chercher quelque chose de plus intéressant à faire que regarder les mouches voler, on est tombées sur un tuyau. Ben oui. un tuyau blanc.

Pis là tu vas peut-être me dire: « Ben là, Mary. Un tuyau…vraiment hey wow! C’est super intriguant, ton affaire ».

Mais là, ce que j’tai pas dis encore, c’est que le tuyau, y’était à moitié caché dans le sable et Y’avait pas de couvercle.

Imagine-toi une enfant de 7 ans qui a devant elle, du sable, un tuyau pas de couvercle, pis rien d’intéressant à faire. Qu’est-ce que tu penses qui s’est passé dans ma tête?

Ben j’me suis demandé qu’est-ce qui se passerait si je mettais du sable dedans le tuyau. Et c’est ça que j’ai fait. J’ai mis du sable dedans le tuyau.

Pis là… ben y s’est rien passé. Sur le coup du moins.

Ma cousine et moi on a continuer à se chercher quelque chose de le fun à faire pis peut-être 15-20 minutes plus tard, on voit nos mamans marcher vers nous, l’air, un peu embêttées.

Et là, ma mère me demande : « Maryeve, est-que par hasard, ta cousine et toi avez joué avec le tuyau d’égoûts?

Ma cousine et moi on a répondu en même temps.

Ça aurait pu vraiment passé comme dans le beurre.

Mais l’affaire, c’est que notre réponse était différente.

Elle a dit « non » et moi j’ai dis « oui ». Oups.

Souviens-toi, j’aime pas me faire réprimander… alors j’ai dis la vérité.

Résultat, ma mère m’a dit de ne pas recommencer, mais j’ai pas été punie parce que j’avais dis la vérité. Ma cousine n’a pas eu la même chance…elle a dû rester en « time out » pendant 30 minutes.

C’est quoi le lien avec l’authenticité, well, dans ce cas-ci, être authentique, assumer ce que j’avais fais a été bénéfique pour moi.

Mais, c’est pas toujours le cas.

Non… Dans certaines de mes relations, être authentique, ça s’est retourné contre moi.

Certaines personnes, pour se sortir de situations embarrassantes, pour se déculpabiliser, ou tout simplement pour se défouler, vont se servir des faiblesses des autres comme une arme.

Dans certaines de mes relations, le fait d’être authentique, être vraie et montrer ma vulnérabilité a été utilisé contre moi, dans le bu de prouver mes défauts et de me reprocher ce que la personne n’aimait pas de moi.

On s’entend que dans ce temps-là, montrer ses vraies couleurs et être authentique, c’est pas mal moins plaisant. Si, à chaque fois que tu es vulnérable, la personne à qui tu es censée faire confiance emmagasine toutes tes faiblesses et toutes les choses qui te touchent profondément pour pouvoir te les remettre dans la face et les utiliser contre toi plus tard, ça se peut que ça te tente un peu moins de montrer tes vraies couleurs en présence de cette personne-là.

Mais là, quand tu peux pas être toi-même dans une relation, ça risque d’être difficile de t’épanouir.

Parce que pour être heureuse en couple, il faut être en mesure d’être heureuse avec soi-même.

Il faut aussi pouvoir faire confiance à son ou sa partenaire.

Des fois, ce qui arrive dans une relation dans laquelle on retrouve une personne authentique et une qui ne l’est pas, c’est que la personne qui ne s’assume pas va avoir de la difficulté à « dealer » avec les réussites de son ou sa partenaire. Pourquoi, parce qu’en étant pas honnête avec soi-même, c’est difficile d’apprécier les bons coups des autres. La personne non authentique va risquer de se sentir « moindre ou inadéquate » quand elle va être témoin d’un geste authentique venant de l’autre personne.

Tandis que pour la personne qui s’assume, lorsque son ou sa partenaire va accomplir quelque chose, elle va le voir comme une inspiration.

Donc, en bout de ligne, la personne non authentique va rester prise dans son sentiment de « not enough », alors que l’autre personne va évoluer en s’inspirant des autres pour devenir une meilleure version de soi.

Si tu crois que tu es dans une relation qui t’empêche d’avancer ou que tu veux en savoir plus sur comment communiquer avec les autres, j’ai fais un épisode sur « pourquoi c’est important de devenir une master de la communication ». Tu peux l’écouter au maryevelamer.com/005

Quand on met le pied sur le chemin de l’authenticité, c’est « scary » au début.

Parce que pour avancer, à chaque pas que tu fais, tu dois lâcher prise sur des peurs, sur des pensées limitatives, sur des croyances qui t’empêchent d’avancer.

Parce que ça prend du courage et de la détermination.

Parce qu’il faut être « tough » pour s’assumer et montrer sa vulnérabilité non seulement à soi-même mais aussi aux autres.

Parce que tu dois accepter que t’es pas parfaite, pis que c’est ben correct.

Parce que tu dois faire des choix sur ce que tu veux accepter ou non dans ta vie et faire la paix avec tes erreurs du passé.

Pis y va falloir aussi que t’acceptes que tu vas te planter dans cette route-là vers l’authenticité. Pis qu’il va falloir que tu te relèves. Pis que tu continues.

Et un moment donné, ça va devenir plus facile. Ça va faire moins mal quand tu vas tomber. Tu vas te relever plus vite. Tu vas commencer à marcher plus vite. Pis un moment donné, tu vas peut-être te mettre à courir. Et tout le long de ce chemin-là, tu vas apprendre des choses. Tu vas vivre des émotions…tu vas sourire, tu vas rire, tu vas pleurer, tu vas sacrer.

Tout au long du chemin, tu vas voir des belles choses. Tu vas apprécier chaque milestone et tu vas te sentir bien, parce que tu vas te sentir « toi » de plus en plus.

Ça te tente-tu de venir courir ton marathon d’authenticité avec moi?

Si oui, prend un screenshot de l’épisode et tag moi sur Instagram au @maryeve_lamer pour que je puisse partager ce beau moment-là avec toi.

Sur ce, j’te souhaite une journée remplie de soleil et de douceur.

On se parle bientôt

Hey bye là!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

S1E0 | Le podcast du Bonheur Sans Bullsh*t revient en 2021!

Le podcast du Bonheur Sans Bullsh*t revient en 2021!

Bonjour chère heureuse!

Merci d’être ici avec moi aujourd’hui pour partager ce moment de bonheur, ce beau moment de douceur.

Bienvenue si c’est ta première fois sur le podcast. Bonne année 2021, même si je suis un peu en retard.

Je suis tellement contente d’être là aujourd’hui.

Si tu me suis régulièrement sur le podcast, t’as sûrement remarqué que ça fait 2 mois environ que le podcast a été mis sur « pause ». Après deux mois de pause, le podcast revient en force en 2021.

J’me suis ennuyée de ce moment que je prends pour te jaser. J’me suis ennuyée de mon garde-robe, de mes écouteurs et du feeling de complicité que j’ai quand je prends mon micro pour te partager du contenu sur le bonheur.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles je n’ai pas publié dans ces 2 derniers mois-là.

La première, c’est que j’ai eu un peu le syndrôme de la page blanche. Je me demandais où j’avais envie d’aller avec le podcast. Le 28 février ça a fait 1 an que j’ai lancé le podcast et j’ai voulu prendre un peu de recul et évaluer qu’est-ce que je pouvais t’apporter de plus avec le Bonheur Sans Bullshit.

Et avant de lancer la suite, j’me suis dis « pourquoi pas faire un épisode de transition avec la nouvelle saison du podcast? » pour pouvoir te parler de ce qui s’en vient, de te donner un aperçu de ma vision pour le Bonheur Sans Bullshit.

Comme tu sais, j’adore te partager mes expériences, mes apprentissages, mes opinions, comment je vois la vie, mes challenges … Mais un moment donné, j’me suis rendue compte que même si des sujets sur le bonheur y’en manque pas pis que j’aime vraiment ça jaser dans ton oreille, j’ai aussi envie de te jaser avec d’autres humains.

J’ai envie de te présenter des personnes inspirantes qui ont elles aussi vécu des expériences challengeantes, des expériences qui les ont fait grandir, qui les ont fait évoluer…

Le bonheur c’est super personnel et malgré qu’on peut trouver un million de listes de « how to be happy » sur le web, j’ai envie de discuter de bonheur réellement vécu avec des gens qui ont envie de partager leur vision. C’est quoi leur idée du bonheur et pourquoi ils en sont venus à voir les choses de cette façon-là.

Faque, ça m’amène à te dire que je vais recevoir de plus en plus d’invités sur le podcast, pour pouvoir t’offrir plusieurs perspectives originales sur le bonheur et t’offrir plus de trucs, plus de conseils, plus d’histoires sur comment augmenter ton bonheur à toi

La deuxième raison pour laquelle j’ai pris une pause, c’est que j’en avais besoin.

Tsé, quand j’te parle de bonheur et d’équilibre dans ton quotidien, ben ça inclut aussi la gestion de ta charge mentale. La mienne a été pas mal étirée au max cette année et j’avais l’impression de toujours courir après tout, tout le temps. Comme je te parlais dans le dernier épisode, parfois, il faut aller à l’extrême pour trouver son équilibre.

Dans mon vision board de cette année, j’ai ajouté les mots douceur et espace. Parce que c’est beau avoir des projets qui sont empowering, des projets qui me sortent de ma zone de confort et qui me remplissent de sentiment d’accomplissement et de purpose, mais un moment donné, il faut aussi que je lead by example et que j’applique mes propres conseils, tsé.

Donc, j’ai dû prendre du temps pour moi. Du temps pour remettre de l’ordre dans mes idées, dans mes projets, dans mon quotidien et dans ma vie professionnelle.

Comme tu le sais, je trippe podcasting, right? Bien depuis quelques mois, je fais partie d’un groupe vraiment trippant de podcasters et de futurs podcasters dans lequel j’apprends plein de choses sur comment améliorer le podcast du Bonheur Sans Bullshit mais avec qui je partage aussi des supers beaux moments de discussion.

En décembre, pendant le congé des fêtes, mon coach d’affaire m’a offert l’opportunité de faire partie de son équipe et d’utiliser mes connaissances et mon expertise pour faire grandir l’entreprise et développer des beaux projets trippants.

Of course, j’étais super contente!

Mais le fait de prendre cette opportunité a fait en sorte que j’ai dû prendre une décision au niveau de mes autres contrats et j’ai dû en laisser aller un pour pouvoir avoir l’espace nécessaire pour mes nouvelles fonctions.

Finalement, la dernière raison pour laquelle j’ai pris une pause, c’est que j’me demandais comment améliorer la structure du podcast.

Tu as sûrement remarqué que le jingle a changé et dans les prochains épisodes, tu pourras aussi entendre la différence sur l’intro. Elle va être plus consise et on va rentrer dans le vif du sujet plus rapidement parce que tsé, pas le temps de niaiser!

Bon, maintenant que je t’ai parlé de tout ça et que tu sais pourquoi j’ai été silencieuse ces derniers temps, je veux te dire à quel point je suis excitée de ce qui s’en vient pour le mouvement du bonheur sans bullshit dans les prochains mois. Sans vouloir voler le punch trop vite, tu peux quand même t’attendre à un nouveau site, entendre parler d’une formation en ligne pour t’aider à manifester ton bonheur au quotidien, d’outils fonctionnels pour te rendre la vie plus facile et de créations de guénilles qui vont rendre ton reflet dans le miroir le fun.

J’ten dis pas plus pour l’instant, faut ben que je garde un peu de suspens.

Si t’a aimé ton moment avec moi today, je t’invite à prendre un screenshot de l’épisode et de me taguer sur instagram.

Pis si on est pas encore amies sur Insta, dépêche-toi d’aller m’ajouter au @maryeve_lamer

Sur ce, j’te souhaite une journée remplie de belles surprises et on se jase bientôt pour un prochain épisode du bonheur sans bullshit!

Hey bye là!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E038 | Parfois il faut aller à l’extrême pour trouver ton équilibre

C’est quoi concrètement le lâcher prise?

C’est l’action d’accepter le fait qu’on ne peut pas tout contrôler.

Parce que même si t’es un peu « control freak », que t’as 10 listes différentes pour tout gérer, 3 agendas, 4 calendriers pis ben de la volonté, il y a des choses que tu ne pourras pas contrôler. Point.

Et c’est correct comme ça! La beauté de la vie c’est aussi de se laisser surprendre. C’est comme si à chaque année, tu dis à ton chum quoi t’acheter à Noel et à ta fête. Quoi faire pour votre anniversaire de couple ou de mariage. À quelle heure t’appeler pour te dire qu’il t’aime. Quand t’envoyer un emoji cute dans la journée pour te faire plaisir…

Tsé, un moment donné, il faut que tu te laisses gâter aussi. Il faut que tu laisses la vie te surprendre.

C’est comme ça que tu vas évoluer.

Rappelle-toi tes examens au secondaire. Y’avait une raison pourquoi ils ne te donnaient pas le cahier avec les questions avant de faire ton examen.

Pour que tu puisses faire travailler tes méninges et analyser si tu as bien compris la matière.

C’est la même chose avec la vie. Pas savoir tout ce qui s’en vient te permet non seulement d’évoluer, mais aussi d’apprécier les circonstances dans le moment présent.

Lâcher prise te permet aussi de respirer et de travailler ta confiance en toi.

Parce que tu dois te faire confiance pour réussir à passer au travers des obstacles qui se mettent dans ton chemin.

Imagine que tu pognes un flat. Premièrement, à part changer tes pneus quand ils sont dus et éviter de sauter les chaines de trottoir, Il n’y a pas grand chose que tu peux faire pour réussir à prévoir une crevaison, right?

Tu roules sur l’autoroute et là tout d’un coup, t’as l’impression de te tenir debout sur un matelas gonflable parce que ton auto se met à faire « Kecloque, Kecloque » pis à perdre de la vitesse.

Pis là, le sentiment de « shnoutski » qui vient avec la réalisation que t’as pogné un flat grimpe d’une « shot » et tu commences à stresser : « Qu’est-ce que j’vais faire avec un flat sur l’autoroute? Je sais pas comment changer ça, un flat »

Pis tout d’un coup, t’as envie d’appeler ta mère…je le sais parce que moi, les 2 fois que j’ai pogné un flat, j’ai appelé ma mère pis c’est elle qui est venue changer mon pneu! (lol)

Alors t’es arrêtée sur le bord de la route, pis là t’as deux choix: Soit tu te mets en petite boule pis tu pleures ou, t’essayes de trouver une solution.

Dans les solutions il y a soit le changer toi-même, soit appeler un « towing » ou quelqu’un que tu connais.

Bon, il y a aussi un peu de chance qu’un bel inconnu arrête en te voyant en détresse et que BOOM! Tu rencontres l’homme de ta vie!

Mais pour les besoins de la cause, admettons que tu décides d’appeler un « towing ». Tu vas attendre 15-20 minutes sur le bord de la route, pis un moment donné le « towing » va arriver, changer ton pneu pis tu vas pouvoir passer à autre chose.

Après ça, est-ce que tu vas commencer à stresser à chaque jour de ta vie au cas où tu pognerais un autre flat pis arrêter de sortir de chez vous?

Ben non, tu vas continuer ta vie et la prochaine fois que ça t’arrive, tu vas probablement être moins anxieuse pis tu vas appeler un « towing » directement sans te poser mille et une questions.

C’est la même chose avec tous les autres obstacles que tu vas avoir sur ton chemin. Une fois que tu vas avoir été mise devant une problématique, que tu vas avoir agis pour la résoudre, ça va te donner plus de confiance, parce que ça va être devenu un terrain connu.

Bref, à chaque fois que tu passes au travers de quelque chose qui te demande de réagir, tu vas te sentir plus forte, plus résiliente et plus en contrôle.

Mais pour ça, il faut que tu lâche prise en premier, pour pouvoir justement avoir la chance de te retrouver dans des situations qui te font évoluer.

Dans le fond c’est prendre le contrôle de ta vie en lâchant prise.

Imagines-là… toutes les fois où t’as stressée dans ta vie parce que t’avais peur que quelque chose arrive et que c’est pas arrivé.

Imagine si tu jour au lendemain, ce stress-là disparaissait. Pouf! Ciao bye!

Tsé, le doute et la peur des fois, ça peut te sauver la vie. Genre, tu ne vas pas aller te « garocher » en bas d’une falaise parce tu le sais que tu risques de rester au fond.

Mais, la majorité de tes peurs sont irrationnelles et t’empêchent d’avancer.

Pis là tu vas me dire, « ben oui mary, ça l’air super le fun lâcher prise pis toute, mais peut-être que c’est pas le bon moment de prendre du temps pour moi »

Parce que mettons que t’as des enfants et que tu te dis que c’est eux ta priorité, que tu vas attendre qu’ils soient grands avant de le faire. Ou que ton chum ou ta blonde vit une période difficile et que tu veux être là pour lui ou pour elle.

Ou que tu t’occupes de tes parents parce qu’ils sont pu ben ben jeunes

L’affaire, c’est que si tu attends que tout ça passe avant de laisser aller ce qui ne te sert plus, non seulement tu vas être misérable longtemps, mais tu vas te réveiller cette journée-là et tu vas te rendre compte de tout le chemin que tu aurais pu faire tout ce temps-là que t’as attendu.

Vivre en « stand by », vivre dans l’attendre d’un monde meilleur, de meilleures circonstances, d’un meilleur contexte, ça t’empêche de profiter du moment présent.

Lâche prise sur ce qui ne te sert plus et fais-le maintenant!

C’est le temps maintenant de show up pour toi-même!

Pas demain, pas la semaine prochaine, pas après la Covid. « Right now! ».

Fais un pas maintenant. Lâche prise sur une chose. Une petite chose

Tsé, il y a des journées où tu vas te sentir comme de la marde. Pis c’est correct. T’as le droit de pas toujours être sur un piédestal de bonheur. T’as le droit de vouloir te cacher en dessous de la table des fois.

Mais ultimement, c’est TOI qui créé ta réalité. Donc si tu penses tout le temps que ça va pas bien, que t’es pas capable d’avancer et de laisser aller ce qui n’est plus bon pour toi, malheureusement t’as raison. Parce que c’est TOI qui décides. Ton intention créé ta réalité.

Fais un exercice avec moi. Je veux que tu penses à quelque chose qui t’énerve. Pas quelque chose de gros là… juste une chose dans ton quotidien qui te donne un sentiment de frustration à chaque fois que ça arrive. Genre… tes enfants ne ramassent jamais leur bol de céréales le matin. Ou bien, quand tu donnes une liste d’épicerie à ton chum, il revient TOUJOURS avec 1 chose en moins pis ça se trouve que t’en a besoin pour faire ta recette pour le souper. Ou ton chien jappe chaque fois qu’il entend un bruit (« spoiler alert », ça, ça vient de mon quotidien).

Imagine que ce sentiment de frustration-là qui se pointe à chaque fois, ben il disparaît.

Du jour au lendemain, il est pu là. Finito pepito.

Imagine comment tu te sentirais? Comment ce serait une chose de moins sur laquelle tu dépenserais de l’énergie négative.

Avoue que t’as envie de sourire-là?

Bon, maintenant, fais le même exercice, mais avec quelque chose d’un peu plus gros comme élément qui te gosse. Exemple, les commentaires négatifs ou reprochant que ta mère te dit quand tu lui parles, ou le ton que ton boss utilise pour te parler, ou le commérage d’une des filles dans ta gang…

Imagine que du jours au lendemain, tu ressentirais pu aucune frustration face à ces situations-là.

Que tout d’un coup, tu n’aurais juste plus d’émotion « fuck all » envers elles. Imagine que ça te passerait 10 pieds par-dessus la tête.

Avoue que là, t’as envie de dire Ouf…ouin. Ça serait cool en ta!

Ben c’est possible!

Ce qui faut comprendre, c’est que t’as aucun impact sur comment les autres perçoivent la vie autour de toi. Eux, ils ne vont pas changer. Alors si tu veux réussir à passer à autre chose, c’est sur TA perception que tu dois travailler.

J’te raconte une anecdote.

Ça arrive que ma fille trouve que ses pantalons d’école ne sont pas confortables. Elle a un uniforme pour l’école et elle n’a pas le choix de le mettre. Elle peut choisir de mettre une jupe avec des collants ou des pantalons. L’affaire c’est que ya des matins (surtout quand elle est fatiguée) où le moment de s’habiller devient une source de ce sentiment-là de « gossage » intense et de frustration.

Elle me dit qu’elle ne veut rien mettre. Que tout est inconfortable et qu’elle haït son école et qu’elle ne veut pas y aller.

Et c’est là que j’ai ce genre de discussion avec elle.

1- Tu ne peux pas mettre TOUT dans le même bateau parce que t’as pas envie de porter tes pantalons 1 journée par 2 semaines.

Tes amis, ta prof, ton environnement à l’école, t’aimes tout ça!

Mais là, t’es prête à toute mettre à la poubelle, à cause d’une paire de pantalon.

2- C’est toi qui fais ton bonheur. Si tu décides de laisser ton pantalon dicter TOUTES les émotions de ta journée et prendre toute la place dans ta tête, tu te prives de vivre des moments le fun parce que tu focus juste sur ce petit point négatif qui t’irrite x 1000 en ce moment.

Donc en bout de ligne, c’est ta décision. Est-ce que tu veux passer une journée de marde à cause d’un moment irritant, ou tu veux passer une belle journée malgré le moment irritant?

Alors j’te pose la question à toi maintenant, ma chère Heureuse. Qu’est-ce qui te rend frustrée dans ton quotidien que tu aimerais laisser aller maintenant?

Vient me jaser sur Instagram ou dans le groupe Facebook des Heureuses et raconte-moi ton histoire.

Si tu as aimé l’épisode d’aujourd’hui et tu penses qu’il peut inspirer une personne dans ton entourage, je t’invite à le partager et si tu veux m’aider à faire grandir le mouvement du Bonheur Sans Bullshit, tu peux aller laisser un avis sur Apple podcast, j’te serais 1000 fois reconnaissante et ça va m’aider à continuer de te donner des épisodes chaque semaine.

Sur ce, j’te souhaite une magnifique journée et on se parle bientôt!

Hey bye là!

Bonne écoute!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E037 | Lâche l’élastique avant de le recevoir dans le front!

C’est quoi concrètement le lâcher prise?

C’est l’action d’accepter le fait qu’on ne peut pas tout contrôler.

Parce que même si t’es un peu « control freak », que t’as 10 listes différentes pour tout gérer, 3 agendas, 4 calendriers pis ben de la volonté, il y a des choses que tu ne pourras pas contrôler. Point.

Et c’est correct comme ça! La beauté de la vie c’est aussi de se laisser surprendre. C’est comme si à chaque année, tu dis à ton chum quoi t’acheter à Noel et à ta fête. Quoi faire pour votre anniversaire de couple ou de mariage. À quelle heure t’appeler pour te dire qu’il t’aime. Quand t’envoyer un emoji cute dans la journée pour te faire plaisir…

T’sais, un moment donné, il faut que tu te laisses gâter aussi. Il faut que tu laisses la vie te surprendre.

C’est comme ça que tu vas évoluer.

Rappelle-toi tes examens au secondaire. Y’avait une raison pourquoi ils ne te donnaient pas le cahier avec les questions avant de faire ton examen.

Pour que tu puisses faire travailler tes méninges et analyser si tu as bien compris la matière.

C’est la même chose avec la vie. Pas savoir tout ce qui s’en vient te permet non seulement d’évoluer, mais aussi d’apprécier les circonstances dans le moment présent.

Lâcher prise te permet aussi de respirer et de travailler ta confiance en toi.

Parce que tu dois te faire confiance pour réussir à passer au travers des obstacles qui se mettent dans ton chemin.

Imagine que tu pognes un flat. Premièrement, à part changer tes pneus quand ils sont dus et éviter de sauter les chaines de trottoir, Il n’y a pas grand chose que tu peux faire pour réussir à prévoir une crevaison, right?

Tu roules sur l’autoroute et là tout d’un coup, t’as l’impression de te tenir debout sur un matelas gonflable parce que ton auto se met à faire « Kecloque, Kuecloque » pis à perdre de la vitesse.

Pis là, le sentiment de « shnoutski » qui vient avec la réalisation que t’as pogné un flat grimpe d’une « shot » et tu commences à stresser : « Qu’est-ce que j’vais faire avec un flat sur l’autoroute? Je sais pas comment changer ça, un flat »

Pis tout d’un coup, t’as envie d’appeler ta mère…je le sais parce que moi, les 2 fois que j’ai pogné un flat, j’ai appelé ma mère pis c’est elle qui est venue changer mon pneu! (lol)

Alors t’es arrêtée sur le bord de la route, pis là t’as deux choix: Soit tu te mets en petite boule pis tu pleures ou, t’essayes de trouver une solution.

Dans les solutions il y a soit le changer toi-même, soit appeler un « towing » ou quelqu’un que tu connais.

Bon, il y a aussi un peu de chance qu’un bel inconnu arrête en te voyant en détresse et que BOOM! Tu rencontres l’homme de ta vie!

Mais pour les besoins de la cause, admettons que tu décides d’appeler un « towing ». Tu vas attendre 15-20 minutes sur le bord de la route, pis un moment donné le « towing » va arriver, changer ton pneu pis tu vas pouvoir passer à autre chose.

Après ça, est-ce que tu vas commencer à stresser à chaque jour de ta vie au cas où tu pognerais un autre flat pis arrêter de sortir de chez vous?

Ben non, tu vas continuer ta vie et la prochaine fois que ça t’arrive, tu vas probablement être moins anxieuse pis tu vas appeler un « towing » directement sans te poser mille et une questions.

C’est la même chose avec tous les autres obstacles que tu vas avoir sur ton chemin. Une fois que tu vas avoir été mise devant une problématique, que tu vas avoir agis pour la résoudre, ça va te donner plus de confiance, parce que ça va être devenu un terrain connu.

Bref, à chaque fois que tu passes au travers de quelque chose qui te demande de réagir, tu vas te sentir plus forte, plus résiliente et plus en contrôle.

Mais pour ça, il faut que tu lâche prise en premier, pour pouvoir justement avoir la chance de te retrouver dans des situations qui te font évoluer.

Dans le fond c’est prendre le contrôle de ta vie en lâchant prise.

Imagines-là… toutes les fois où t’as stressée dans ta vie parce que t’avais peur que quelque chose arrive et que c’est pas arrivé.

Imagine si tu jour au lendemain, ce stress-là disparaissait. Pouf! Ciao bye!

Tsé, le doute et la peur des fois, ça peut te sauver la vie. Genre, tu ne vas pas aller te « garocher » en bas d’une falaise parce tu le sais que tu risques de rester au fond.

Mais, la majorité de tes peurs sont irrationnelles et t’empêchent d’avancer.

Pis là tu vas me dire, « ben oui mary, ça l’air super le fun lâcher prise pis toute, mais peut-être que c’est pas le bon moment de prendre du temps pour moi »

Parce que mettons que t’as des enfants et que tu te dis que c’est eux ta priorité, que tu vas attendre qu’ils soient grands avant de le faire. Ou que ton chum ou ta blonde vit une période difficile et que tu veux être là pour lui ou pour elle.

Ou que tu t’occupes de tes parents parce qu’ils sont pu ben ben jeunes

L’affaire, c’est que si tu attends que tout ça passe avant de laisser aller ce qui ne te sert plus, non seulement tu vas être misérable longtemps, mais tu vas te réveiller cette journée-là et tu vas te rendre compte de tout le chemin que tu aurais pu faire tout ce temps-là que t’as attendu.

Vivre en « stand by », vivre dans l’attendre d’un monde meilleur, de meilleures circonstances, d’un meilleur contexte, ça t’empêche de profiter du moment présent.

Lâche prise sur ce qui ne te sert plus et fais-le maintenant!

C’est le temps maintenant de show up pour toi-même!

Pas demain, pas la semaine prochaine, pas après la Covid. « Right now! ».

Fais un pas maintenant. Lâche prise sur une chose. Une petite chose

Tsé, il y a des journées où tu vas te sentir comme de la marde. Pis c’est correct. T’as le droit de pas toujours être sur un piédestal de bonheur. T’as le droit de vouloir te cacher en dessous de la table des fois.

Mais ultimement, c’est TOI qui créé ta réalité. Donc si tu penses tout le temps que ça va pas bien, que t’es pas capable d’avancer et de laisser aller ce qui n’est plus bon pour toi, malheureusement t’as raison. Parce que c’est TOI qui décides. Ton intention créé ta réalité.

Fais un exercice avec moi. Je veux que tu penses à quelque chose qui t’énerve. Pas quelque chose de gros là… juste une chose dans ton quotidien qui te donne un sentiment de frustration à chaque fois que ça arrive. Genre… tes enfants ne ramassent jamais leur bol de céréales le matin. Ou bien, quand tu donnes une liste d’épicerie à ton chum, il revient TOUJOURS avec 1 chose en moins pis ça se trouve que t’en a besoin pour faire ta recette pour le souper. Ou ton chien jappe chaque fois qu’il entend un bruit (« spoiler alert », ça, ça vient de mon quotidien).

Imagine que ce sentiment de frustration-là qui se pointe à chaque fois, ben il disparaît.

Du jour au lendemain, il est pu là. Finito pepito.

Imagine comment tu te sentirais? Comment ce serait une chose de moins sur laquelle tu dépenserais de l’énergie négative.

Avoue que t’as envie de sourire-là?

Bon, maintenant, fais le même exercice, mais avec quelque chose d’un peu plus gros comme élément qui te gosse. Exemple, les commentaires négatifs ou reprochant que ta mère te dit quand tu lui parles, ou le ton que ton boss utilise pour te parler, ou le commérage d’une des filles dans ta gang…

Imagine que du jours au lendemain, tu ressentirais pu aucune frustration face à ces situations-là.

Que tout d’un coup, tu n’aurais juste plus d’émotion « fuck all » envers elles. Imagine que ça te passerait 10 pieds par-dessus la tête.

Avoue que là, t’as envie de dire Ouf…ouin. Ça serait cool en ta!

Ben c’est possible!

Ce qui faut comprendre, c’est que t’as aucun impact sur comment les autres perçoivent la vie autour de toi. Eux, ils ne vont pas changer. Alors si tu veux réussir à passer à autre chose, c’est sur TA perception que tu dois travailler.

J’te raconte une anecdote.

Ça arrive que ma fille trouve que ses pantalons d’école ne sont pas confortables. Elle a un uniforme pour l’école et elle n’a pas le choix de le mettre. Elle peut choisir de mettre une jupe avec des collants ou des pantalons. L’affaire c’est que ya des matins (surtout quand elle est fatiguée) où le moment de s’habiller devient une source de ce sentiment-là de « gossage » intense et de frustration.

Elle me dit qu’elle ne veut rien mettre. Que tout est inconfortable et qu’elle haït son école et qu’elle ne veut pas y aller.

Et c’est là que j’ai ce genre de discussion avec elle.

1- Tu ne peux pas mettre TOUT dans le même bateau parce que t’as pas envie de porter tes pantalons 1 journée par 2 semaines.

Tes amis, ta prof, ton environnement à l’école, t’aimes tout ça!

Mais là, t’es prête à toute mettre à la poubelle, à cause d’une paire de pantalon.

2- C’est toi qui fais ton bonheur. Si tu décides de laisser ton pantalon dicter TOUTES les émotions de ta journée et prendre toute la place dans ta tête, tu te prives de vivre des moments le fun parce que tu focus juste sur ce petit point négatif qui t’irrite x 1000 en ce moment.

Donc en bout de ligne, c’est ta décision. Est-ce que tu veux passer une journée de marde à cause d’un moment irritant, ou tu veux passer une belle journée malgré le moment irritant?

Alors j’te pose la question à toi maintenant, ma chère Heureuse. Qu’est-ce qui te rend frustrée dans ton quotidien que tu aimerais laisser aller maintenant?

Vient me jaser sur Instagram ou dans le groupe Facebook des Heureuses et raconte-moi ton histoire.

Si tu as aimé l’épisode d’aujourd’hui et tu penses qu’il peut inspirer une personne dans ton entourage, je t’invite à le partager et si tu veux m’aider à faire grandir le mouvement du Bonheur Sans Bullshit, tu peux aller laisser un avis sur Apple podcast, j’te serais 1000 fois reconnaissante et ça va m’aider à continuer de te donner des épisodes chaque semaine.

Sur ce, j’te souhaite une magnifique journée et on se parle bientôt!

Hey bye là!

Bonne écoute!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E036 | L’intimidation, c’est NON!

Bienvenue sur l’épisode 36 du podcast le Bonheur Sans Bullshit

Cette semaine, J’te parle d’intimidation.

Un sujet qui est tabou, qu’on est pas à l’aise de dénoncer de peur d’avoir l’air niaiseuse, d’avoir l’air de se plaindre ou de passer pour une « bitch » qui parle dans le dos des autres.

Pourtant, c’est en en parlant qu’on peut réussir à comprendre les répercussions que ça peut avoir et comment se sortir d’une relation d’intimidation.

Parce que l’intimidation, c’est comme un serpent dans un champ de blé d’Inde; ça se faufile sournoisement entre les craques, et puis au moment où tu t’en attends le moins, Snap! Ça te mord d’un coup et quand tu t’en rends compte, le venim est déjà en train de te neutraliser pour t’immobiliser complètement et t’empêcher d’avancer.

Et malheureusement, l’intimidation n’a pas de limites de territoire.

Elle peut se retrouver dans la cours d’école, dans un parc, dans un milieu de travail et même à la maison.

Dans cet épisode, on va voir les différentes sortes d’intimidation, comment ça peut avoir un impact dès l’enfance et comment cet impact-là peut changer qui tu es à l’âge adulte et finalement, comment ne pas laisser les intimidateurs avoir un pouvoir sur toi.

Qu’est-ce c’est l’intimidation? On en parle souvent, de plus en plus depuis quelques années, mais pour certaines personnes ça peut être encore flou.

En fait, je pense que ce qui est moins clair, c’est ce qui est considéré comme de l’intimidation.

L’intimidation, se transmet par l’usage de force, de coercition, de menaces, d’abus, d’actes dominants ou intimidants.

Il y a plusieurs types d’intimidation:

Le premier, c’est l’intimidation physique: ce sont des gestes qui vont blesser une personne ou qui vont lui causer du mlaheur au niveau physique

Ex: Faire trébucher, bousculer, frapper la personne ou même faire un geste agressif qui démontre un désir de faire mal (genre montrer les poings)

Le deuxième type, c’est lintimidation verbale: ça va être des paroles blessantes, dégradantes qui vont blesser l’autre personne au niveau psychologique ou émotionnel

Ex: Des insultes, des menaces, de la moquerie, des commentaires en lien avec la différence de l’autre personne (son sexe, sa nationalité, son orientation sexuelle etc.)

Le troisième type, c’est l’intimidation sociale: c’est quand une personne pose des gestes qui vont nuire aux relations sociales de l’autre personne

Ex: Faire de la diffamation, répandre des rumeurs, dénigrer l’autre personne, l’humilier devant des gens, l’isoler socialement

Le quatrième type d’intimidation, c’est l’intimidation matérielle: c’est lorsque quelqu’un pose des gestes volontaires pour détruire ou endomager les biens matériels d’une autre personne

Ex: le vandalisme, le vol ou la destruction des biens d’autrui.

Les conséquence de l’intimidation

Des études démontrent qu’une personne qui intimide va avoir tendance à atteindre le sommet dans ses comportements intimidateurs autour de l’âge de 11 à 13 ans et que ça diminue par la suite.

Mais, faut pas oublier que des intimidateurs, y’en a de tous les âges.

Maintenant qu’on a vu comment une personne peut se faire intimider, j’veux te parler des impacts que cette intimidation peut avoir sur elle.

L’intimidation la plus commune, celle qu’on entend le plus parler, c’est celle qui est faite dans les cours d’école.

Rappelle-toi quand t’étais jeune, j’suis pas mal certaine que ça t’est déjà arrivé de te faire intidmider à l’école. Ou peut-être même que c’est toi qui a intimidé une autre personne. Si tu faisais partie de la gang de « cool » de l’école, ça se peut que t’ailles embarquer dans le flow de ta gang, qui eux se faisait un plaisir malsain à rire de ceux qui étaient moins « cool ».

Tu te souviens probablement pas de TOUS les événements d’intimidation que tu as vécu, mais ce qui est certain, c’est que y’en a qui t’ont marqué assez pour influencer tes comportements à l’âge adulte, ton estime de toi et la perception de la vie que tu as aujourd’hui.

Et malheureusement, dans certains cas, les intimidés deviennent à leur tour des intimidateurs. Et ça commence dès l’enfance.

Ce que je veux dire par là, c’est que si tu t’es fais intimidé souvent dans ta vie, tu as probablement développé une sorte de résilience envers celle-ci, mais tu as aussi peut-être créé un sentiment de banalisation de l’intimidation.

Prends deux minutes pour te poser la question suivante: Si l’intimidation a fait partie de ton quotidien (que ce soit chez toi avec tes parents ou tes frères et soeurs, dans la cours d’école ou quand t’allais jouer au parc le soir), comment ça a affecté tes comportements aujourd’hui?

Quand tu parles à tes enfants, à ton partenaire, à ta famille, à tes collègues de travail, à tes amis…est-ce que tu es capable de retrouver certains comportements envers ces personnes-là que quand t’étais jeune, tes intimidateurs avaient envers toi?

Quand un parent parle à son enfant en utilisant le sarcasme, le dénigrement ou le mépris pour le réprimender ou le faire sentir « cheap » d’avoir mal agis, ça en est ça, de l’intimidation.

Le danger avec ce genre de comportements, c’est d’engendrer des intimidateurs-victimes.

Ça, ça veut dire qu’ils deviennent des intimidateurs envers les autres, mais ils sont aussi victimisés par d’autres intimidateurs.

Le jeune qui se fait intimidé par ses parents avec des maux dénigrant et de la condescendance, a beaucoup de chances de reproduire le même type de comportement envers son milieu social.

Ya des études qui ont démontrées que ce genre de pattern malsain et répétitif d’intimidation peut engendrer des problèmes de santé mentale à l’âge adulte, des pensées noires, des troubles de comportement et d’opposition, contrairement à ceux qui sont seulement des victimes d’intimidation sans devenir à leur tour des intimidateurs.

Plus longtemps qu’une personne vie de l’intimidation, plus elle va être propice à développer des séquelles physiques, émotionnelles et comportementales, qui vont être difficiles à se défaire par la suite, parce que ça va être encrés en elle.

C’est ça qui arrive quand tu es toujours sur le qui-vive et que tes mécanismes de défense travaillent 24 sur 7.

À force de vivre dans un environnement d’intimidation, les conséquences sur la personne peuvent même se traduire en problèmes physiques:

Maux d’estomac, maux de tête, cauchemars, stress, crises de panique, troubles du sommeil. Ça peut en venir à causer des problèmes au niveau scolaire, dans son milieu social et même entraîner le suicide parce que la personne se send tellement prise dans une cage, que pour elle, ça devient plus facile de mourir que de vivre comme ça à toujours attendre la prochaine attaque.

Ce qui faut comprendre, c’est que la plupart du temps, les intimidateurs agissent au travers de leurs peurs et de leur hont à eux lorsqu’ils intimident les autres.

C’est qu’ils ont peur de montrer leur faiblesses ou de se faire intimideur eux-mêmes, alors leurs mécanismes d’auto-défense kick in et ils attaquent avant de se faire attaquer.

Mais tu sais quoi? Ça, ça t’appartient pas. T’as pas à prendre ça sur tes épaules.

Parce que, même si la santé mentale, les problèmes personnels et professionnels ou le manque d’estime d’une personne peuvent « expliquer » des comportements intimidateurs, ça ne les « excuse » pas.

Et c’est pas à toi de gérer ça. Rappelle-toi, comme on en parlait à l’épisode 3 du podcast, les émotions des autres, ça ne t’appartient pas, et leurs problèmes personnels non plus.

Ce n’est pas à toi de payer pour tout ça.

Tu as le droit de vouloir des gens positifis autour de toi et de ta famille. Tu as le droit de prendre ta place et dire NON à l’intimidation, peu importe la forme qu’elle prend dans ta vie.

Le premier truc que j’ai à te donner, c’est de prendre conscience de la façon dont les gens autour de toi te parlent. Quels mots ils utilisent: est-ce qu’ils te traitent de noms des fois? Est-ce qu’ils essaient de te mettre un « label »…genre « Ah, vous autres le femmes… » ou bien « Ah, toi on sait ben, t’est pas parlable, t’es toujours demême, ya rien à faire avec toi… »

Quel ton ils utilisent: Est-ce que ça leur arrive de lever le ton, de te crier après, d’utiliser un ton condescendant et arrogant?

Est-ce que ça t’arrive de te faire reprocher des choses qu’eux mêmes font à la base?

Le deuxième truc, c’est de prendre conscience de comment TOI tu parles aux autres personnes. Est-ce que tu te reconnais dans les exemples que je viens de mentionner? Parce que des fois, on va agir d’une certaine façon inconsciemment et, les autres vont être le miroir de nos propres comportements. Est-ce que quand tu t’adresse à tes enfants, tu utilises parfois un ton de voix condescendant? Est-ce que tu t’excuses à eux quand tu fais une erreur? Et ça, c’est un point important. Montrer à tes enfants que ça arrive de faire des erreurs et que c’est correct. Que faire des erreurs, c’est une opportunité d’évoluer et de s’améliorer.

Le troisième et prochain truc, c’est d’écouter ton instinct. Si chaque fois que tu es en présence de quelqu’un ou lorsque vous avez des conflits, tu te sens diminuée. Que tu te sens rabaissée et pas à la hauteur, c’est que tu es probalement dans une situation intimidante. Quand on gère des conflits, ça se peut que tu sois pas d’accord avec l’autre personne. Mais gérer des conflits, ça veut pas dire se faire rabaisser ou se faire traiter comme de la merde. Pour gérer des conflits ou des malentendus, il faut discuter tranquilement. En prenant en considération tes émotions ET celles de l’autre personne. C’est juste avec un dialogue respectueux qu’on peut régler des différents de la bonne façon, sans que personne ne soit blessée émotionnellement.

Le dernier truc que jai pour toi, c’est tout simplement ne pas accepter l’intimidation dans ta vie. Si tu n’est pas bien dans une relation ou situation, tu peux t’en éloigner. Donnes-toi le droit de te faire respecter en toute circonstance. Le respect, c’est la base de toute relation. Si la personne ne comprend pas que pour toi, le respect est primordial et n’est pas ouverte à un dialogue respectueux, va-t-en. Move on. Ça se peut que cette relation-là ne soit pas la bonne. En fait, s’il y a un manque de respect volontaire de l’autre personne parce qu’elle n’arrive pas à s’auto-gérer, t’as le droit de passer à autre chose. C’est pas ton burden à toi, de gérer son manque d’estime ou ses problèmes de communication. Tu peux essayer de la guider, mais si tu vois que ça ne mène à rien, accepte-le et quitte la relation.

En conclusion, c’est important de réaliser l’impact des mots qu’on utilise. Que ce soit envers les autres ou envers sois-même. Parce que aussi bizarre que ça puisse paraître, la première personne qu’on va avoir tendance à intimider, c’est soi-même.

Dis-moi donc toi, en as-tu des souvenirs de t’être faite intimider? Peut-être que ça arrive encore? Ou peut-être même que c’est toi qui a intimider à un moment donné? Viens me rejoindre sur instagram au @maryeve_lamer partage-moi ton expérience.

Si tu penses que cet épisode peut inspirer ou aider quelqu’un dans ton entourage, je t’invite à le partager avec le lien dans les notes de l’épisode.

Sur ce, j’te souhaite une superbe semaine et on se parle bientôt!

Hey bye là!

Bonne écoute!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Site web: https://genevievegauvin.com

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E018 | Se choisir après avoir touché le fond du baril avec Tania Benoit

On a tous des situations dans notre vie qui nous font grandir.

Des situation qui nous forcent à changer de cap pour se réaligner avec qui on est.

C’est le cas de mon invitée sur le podcast aujourd’hui.

Tania Benoit a décidé de se choisir et de prendre son bonheur après avoir touché le fond du baril, comme on dit en bon français!

Non seulement elle a réussi à perdre 100 lbs (non mais, hein!? who’s the badass?!) mais elle a complètement changé sa vie en se choisissant ELLE!

Elle a fait de son bonheur une priorité et a réussi à surmonter des défis de fous!

Si tu as déjà passé au travers d’une mauvaise passe et que t’as eu l’impression que tu pouvais pas aller plus bas, l’histoire de Tania va sûrement résonner avec toi!

Bonne écoute!

Passe une belle journée!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Pour rejoindre Tania

Instagram: @Tania_Benoit_NMT

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E017 | J’te Jase – Jusqu’à quel point c’est acceptable d’être bête?

Est-ce que t’as déjà eu l’impression que la personne en face de toi (ou à l’autre bout du fil, avait un ton de voix un peu trop bête pour les besoins de la conversation?

Que ce qui devait être un talk à propos du film à écouter le samedi soir a dégénéré en crise à propos d’un souper de vlà 1 mois, durant lequel t’avais peut-être dit quelque chose qui fallait pas?

Quand tu te retrouves au receiving end d’un char de m*rde, comment tu gère la situation?

Est-ce que tu te mets en petite boule et tu pleures? Est-ce que tu grimpes dans les rideaux et tu donnes une prestation digne de la belle-mère dans cendrillon? Est-ce que tu sors ton « talk to the hand » comme une champ et tu passes à autre chose?

J’ai vécu ce genre de situation cette semaine et j’avais envie de te jaser de comment j’ai géré la situation et ce que ça m’a permis d’apprendre sur mon évolution personnelle.

Bonne écoute!

Passe une belle journée!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E016 | Savonnerie, huiles essentielles et expérience sensorielle avec Amélie Bertrand

Voici la deuxième partie de l’entrevue avec Amélie Bertrand.

Dans l’épisode d’aujourd’hui, elle nous parle de sa nouvelle entreprise « Le Mouton Turquoise ».

Elle nous jase de l’origine de son nom, de son logo et de quelles valeurs elles veut promouvoir avec ses produits écologiques de qualité.

Je t’en dis pas plus! Et je te laisse profiter du moment en compagnie de la charmante Amélie Bertrand!

Passe une belle journée!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Amélie Bertrand

IG : @moutonturquoise

Page FB : https://www.facebook.com/MoutonTurquoise/

Courriel : moutonturquoise@gmail.com

Où Acheter ses produits :

La moisson Santé (Sainte-Thérèse)

Un Monde à Vie (Mascouche)

Toutlemondetoutcru.com

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E015 | Bonheur, voyages & aventures avec Amélie Bertrand

Aujourd’hui, je suis vraiment heureuse de te présenter la première entrevue à vie du bonheur sans bullshit et si t’es une fan du bonheur, tu vas sûrement, comme moi, tripper sur mon invitée et son histoire!

Je me suis entretenue avec Amélie Bertrand, une femme extraordinaire qui a commencé son marathon du bonheur vers l’âge de 13 -14 ans et qui m’a partagée son histoire remplie de voyages, de rencontres humaines merveilleuses, de péripéties cocasses et de la découverte d’une passion qui éveille les sens de ses clientes.

On a eu tellement de choses à se dire, que l’entrevue a duré plus de 2 heures! C’est pourquoi j’ai dû la séparer en deux épisodes.

Dans l’épisode d’aujourd’hui, on va parler de son parcours au niveau personnel et professionnel et, dans celui de la semaine prochaine, on va jaser de sa nouvelle entreprise, le Mouton Turquoise.

Je t’en dis pas plus! Et je te laisse profiter du moment en compagnie de la charmante Amélie Bertrand!

Passe une belle journée!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Amélie Bertrand

IG : @moutonturquoise

Page FB : https://www.facebook.com/MoutonTurquoise/

Courriel : moutonturquoise@gmail.com

Où Acheter ses produits :

La moisson Santé (Sainte-Thérèse)

Un Monde à Vie (Mascouche)

Toutlemondetoutcru.com

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

E014 | Le party, ça commence à 30 ans!

La semaine passée c’était la fête de mon chum et il a eu 40 ans. Un beau 40 ans en quarantaine.

Quand on est dans la vingtaine, 40, ça parait vieux. Quand j’avais 22 ans et que je pensais à mes 40 ans, je trouvais ça loin en ta! et j’avais l’impression que je serais différente… je m’imaginais moins en forme, moins peppée, un peu beige…

Pis honnêtement, à 35 ans, le 40 , je le trouve premièrement, pas mal moins loin, et deuxièmement, je ne le perçois plus de la même manière. Je suis plus en forme aujourd’hui que je l’étais dans la vingtaine, je suis pas mal mieux dans ma peau, j’enjoy la vie x 1000 et je me sens vraiment plus fulfilled qu’il y a 10 ans.

Fak j’avais envie de te jaser de ça aujourd’hui. Comment la trentaine a été pour moi un « game changer » dans ma vie. J’avais envie de te partager comment je vis ma trentaine versus ce que je m’étais imaginé et pourquoi je crois qu’à partir de 30 ans, le party de la vie commence.

Passe une belle journée!

Mary

Site web : https://www.MaryeveLamer.com

Instagram : @maryeve_lamer

Groupe FB : https://www.maryevelamer.com/groupe

Page FB: https://MaryeveLamer.com/page

Tu aimerais te lancer un podcast? Va voir L’Académie du Podcast, c’est LA SEULE ressource francophone qui va te montrer comment lancer ton podcast de A à Z!

APPRENDS COMMENT LANCER TON PODCAST ICI 

>